www.archive-ch-2013.com » CH » A » AASM

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 654 . Archive date: 2013-07.

  • Title: DIGI-ARCHIVES
    Descriptive info: .. La Fondation.. Archives de l'Abbaye.. Fonds d'archives.. Rechercher.. Inventaires.. Thésaurus.. Edition de sources.. Publications.. Plan du site.. Liens.. BIENVENUE SUR DIGI-ARCHIVES.. ORG : LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L'HISTOIRE !.. Avec le généreux soutien de.. La collection des 1383 affiches de l'Abbaye entièrement cataloguée.. Nous avons le plaisir de vous annoncer l'achèvement de ce beau projet des archives et de la bibliothèque de l'Abbaye.. Son fonds d'affiches a été entièrement catalogué dans le Catalogue collectif suisse des affiches.. Le site.. www.. snl.. ch/posters.. permet à chacun de consulter cette magnifique collection.. AMATUS.. Le patrimoine documentaire de l'Abbaye de Saint-Maurice comprend, outre les archives, une riche bibliothèque.. Pour en consulter le catalogue (fonds ancien et imprimés récents), ainsi que celui de la phonothèque Musique et Humanisme, visitez.. amatus.. ch.. Colloque international.. Besançon et Saint-Maurice (Suisse).. 28 septembre - 2 octobre 2009.. AUTOUR DE SAINT MAURICE : POLITIQUE, SOCIÉTÉ ET CONSTRUCTION IDENTITAIRE.. NB : Les ACTES de ce colloque ont été publiés et sont disponibles.. ici.. ÉCRIRE ET CONSERVER.. Album paléographique et diplomatique de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune (VIe-XVIe s.. ).. Pour commander en Suisse.. Bienvenue sur DIGI-ARCHIVES !.. Ce site, gratuit et ouvert à tous, est propriété de la Fondation des Archives historiques de l'.. Abbaye de Saint-Maurice.. (Suisse).. Il constitue une plateforme commune regroupant plusieurs fonds d'archives privés ou de collectivités.. On y trouve notamment trois grands fonds ecclésiastiques de la Suisse romande (Archives du Chapitre cathédral de Sion, Archives de la Congrégation des Chanoines réguliers du Grand-Saint-Bernard et Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice).. Il permet aussi aux propriétaires d'autres fonds d'ouvrir leurs archives au public du monde entier en les présentant sur un portail commun.. Ce site est complété par des outils de travail présentant un grand intérêt pour le chercheur : édition de sources et divers liens utiles.. 2008 Fondation des archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice.. Contacter la Fondation : info@digi-archives.. org.. LA FONDATION DES ARCHIVES HISTORIQUES DE L'ABBAYE DE SAINT-MAURICE.. Consciente du fait que sa mémoire est un bien collectif, l'Abbaye de Saint-Maurice, comme les autorités de l'Église l'y invitent, entend ouvrir ses archives à tous ceux, chercheurs émérites ou simples amateurs que cela intéresse..  ...   décrivant les villages ou les personnes qui dépendaient d'elle.. Pour les périodes les plus anciennes (entre le Xe et le XIVe siècle), du fait de la pérennité de notre institution ecclésiastique et des conditions exceptionnelle de conservation, plusieurs localités et maintes familles trouvent chez nous leur histoire.. L'intérêt de ces actes sort donc du cadre étroit du monastère pour s'étendre à tout le territoire qui lui était soumis.. LES FONDS D'ARCHIVES.. Cette partie du site présente les fonds d'archives qui ont été numérisés.. Chaque document peut donc être visualisé par son image à haute résolution, et fait l'objet d'une analyse fine ou sommaire, selon les cas.. L'accès aux documents peut se faire par le biais de tables des matières, par le biais de la cote des documents si vous la connaissez, ou par le biais du moteur de recherche.. LES INVENTAIRES.. Cette partie du site donne la possibilité de consulter en ligne les inventaires de fonds qui n'ont pas été numérisés.. L'accès aux données relatives aux documents se fait par le biais de tables des matières, dans certains cas aussi par le biais du moteur de recherche.. THESAURUS.. Le thésaurus vous aide à définir votre recherche.. Pour l'instant, il ne comporte que des termes de l'index des lieux et est en constante évolution.. Il vous suffit d'entrer le terme ou une partie du terme que vous cherchez pour savoir s'il est dans notre liste de mots.. Vous pourrez ensuite identifier le terme dans sa structure hiérarchique.. EDITION DE SOURCES.. Cette partie du site met en ligne des ouvrages constituant une source très intéressante pour l'historien, et auxquels il est habituellement difficile d'avoir accès.. PROJETS DE RECHERCHE ET PUBLICATIONS.. La Fondation des archives de l Abbaye de Saint-Maurice est un centre de recherche actif, dont les projets ont pour ambition de faire connaître au monde scientifique la richesse de l histoire de l Abbaye.. Cette section présente les projets de recherche en cours, et les publications relatives aux documents de nos archives.. PLAN DU SITE.. Le plan du site vous permet de vous orienter facilement dans la structure du site, et de trouver les liens vers la plupart des pages du site..

    Original link path: /
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives Historiques de l'Abbaye de St-Maurice (Suisse)
    Descriptive info: La Fondation.. Archives de l Abbaye.. Fonds d archives.. Fondation des Archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice.. (Suisse).. Email : info@digi-archives.. SUR CETTE PAGE :.. Introduction.. Histoire de l Abbaye.. Le projet de la Fondation : le classement et l inventaire des archives.. Le projet de la Fondation : la numérisation des archives.. Le projet de la Fondation : la restauration des archives.. Pour les propriétaires de fonds : services et possibilités.. Soutenez la Fondation !.. Consciente du fait que sa mémoire est un bien collectif, l.. , comme les autorités de l Église l y invitent, entend ouvrir ses archives à tous ceux, chercheurs émérites ou simples amateurs que cela intéresse.. C est pourquoi la Fondation des archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice a été créée en juin 2000, se donnant pour mission d appuyer les autorités de l Abbaye dans leurs efforts d ouverture des archives.. La Fondation s est donnée pour missions :.. - d assurer la sauvegarde, la conservation, le classement, l inventorisation et la mise en valeur des archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice.. - de contribuer à la publication des travaux d inventaire en vue de promouvoir la recherche historique.. LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L HISTOIRE.. La Fondation veille au respect des exigences scientifiques, techniques, pratiques et financières que l ouverture des archives historiques de l Abbaye implique.. Pour que la généreuse mise à disposition de ce patrimoine écrit n engendre pas des manipulations répétées et donc une usure qui pourrait être fatale aux documents les plus fragiles - qui sont souvent les plus précieux - la Fondation fait appel à la technologie la plus récente : au fur et à mesure de leur inventoriage, les documents sont numérisés.. Il existe de ce fait, précaution indispensable, des copies de sécurité.. De plus, les documents ainsi traités peuvent être consultés à volonté et sans dommage, non seulement sur place mais également d un bout à l autre de la planète grâce à notre site Internet.. À terme, les médiévistes en charge des archives à Saint-Maurice, pourront apporter leur aide et leur expérience aux chercheurs opérant sur le Web.. UNE ENTREPRISE D INTERET PUBLIC.. Les archives sont constitutives de l institution dont elles émanent : elles attestent son patrimoine, témoignent de son organisation et de son fonctionnement.. Si l abbaye est dite territoriale en ce sens qu elle est une juridiction ecclésiastique, elle jouissait jusqu à la fin de l Ancien Régime d une autonomie remarquable avec sa propre administration, avec sa juridiction temporelle sur divers biens sis sur les territoires actuels de l Italie, de la France et de la Suisse et avec sa juridiction spirituelle sur les paroisses qui lui appartenaient.. Au même titre que celles d un État, les archives de l abbaye de Saint-Maurice sont d intérêt public.. Produit d une institution culturelle par excellence, elles sont un dépositaire privilégié des valeurs fondamentales de notre société.. Membres du Conseil de Fondation.. Me Jean-Paul DUROUX.. Avocat et notaire.. Saint-Maurice.. Président de la fondation et président du bureau exécutif de la fondation.. Monsieur le Chanoine Olivier RODUIT.. Archiviste et bibliothécaire, curé à Aigle.. Vice-président du bureau exécutif de la fondation.. Secrétaire.. Madame Françoise VANNOTTI.. Archiviste-paléographe.. Sion.. Membre du bureau exécutif de la fondation.. Trésorier.. Monsieur Georges COUTAZ.. Monsieur Bernard ANDENMATTEN.. Professeur d histoire médiévale à l Université de Lausanne ( UNIL).. Monsieur le Chanoine Franco BERNASCONI.. Procureur de l Abbaye de Saint-Maurice.. Monsieur Gilbert COUTAZ.. Directeur des Archives cantonales vaudoises.. Lausanne.. Monsieur Guy DUCREY.. Ancien ambassadeur.. Martigny.. Madame Claudia ENGLER.. Directrice de la Burgerbibliothek Bern.. Monsieur Justin THORENS.. Ancien recteur de l Université de Genève.. Corsier-Genève.. Retour au sommet de la page.. Pour en savoir plus, voyez, disponible en ligne ici.. :.. Dupont Lachenal, Léon,.. L Abbaye de Saint-Maurice d Agaune : Notes historiques.. L.. doit son origine au sanctuaire élevé sur le tombeau de saint Maurice et de ses Compagnons martyrs, soldats originaires de Thèbes en Égypte, morts en Valais témoins de leur foi vers la fin du IIIe siècle.. Saint Théodore, évêque d Octodure, rassemble les corps des Martyrs dans de grands caveaux au pied d une falaise, vers 380.. Saint Sigismond, futur roi des Burgondes fils du célèbre Gondebaud, fonde le monastère qu il dote et, le 22 septembre 515, il inaugure la louange perpétuelle, tandis que l abbé saint Ambroise (516-520) élève une nouvelle basilique contiguë au sanctuaire primitif.. Le Monastère d Agaune ainsi fondé comprend une communauté de moines préposés à la garde du sanctuaire et à l accueil des pèlerins.. Au IXe siècle, des chanoines succèdent aux moines ; en 1128, ils adoptent la Règle de saint Augustin.. Ce sont désormais des chanoines réguliers et ce, jusqu à maintenant.. Le culte des Martyrs se développe.. La terre d Agaune devient un centre spirituel du second royaume de Bourgogne (888-1032), puis de la dynastie des Savoie.. Dès l origine, l Abbaye possède son baptistère ; des privilèges pontificaux et royaux la placent sous l immédiate dépendance du Siège apostolique.. Les abbés de Saint-Maurice jouissent du pouvoir temporel, et parfois spirituel, sur nombre de bourgades et hameaux.. L Abbaye, exempte de toute juridiction épiscopale, devient nullius dioeceseos (on dit actuellement abbaye territoriale ).. L abbé y exerce une juridiction propre sur le clergé et les fidèles d un petit territoire d une superficie d environ 9685 ha.. Comme Chapitre de Chanoines réguliers, l Abbaye de Saint-Maurice forme une Congrégation canoniale autonome, affiliée à la Confédération des Chanoines réguliers de saint Augustin.. Elle compte 65 membres, dont un évêque, un abbé et 58 prêtres.. 36 résident à l Abbaye, 9 exercent la charge d âmes dans le Territoire abbatial, 16 dans le diocèse de Sion, 9 sont professeurs au Collège, 5 sont en ministères dans d autres diocèses et 3 continuent leurs études.. Une vingtaine de chanoines résidants à l Abbaye exercent aussi un autre ministère.. Le martyre de saint Maurice et de ses Compagnons.. La longue histoire de l Abbaye de Saint-Maurice est intimement liée à celle de la ville du même nom.. La petite cité de Saint-Maurice est née dès l époque préhistorique.. Elle s appelait alors Acaunus , nom d origine celtique faisant allusion à une roche pointue, sans doute la Cime de l Est qui domine la région.. Le temps a fait évoluer le nom qui devient Agaunum à l époque romaine.. Dans l étroit défilé par où le Rhône s échappe du Valais pour courir vers le Lac Léman, l Empire romain avait installé une garnison qui contrôlait le passage.. En effet, Agaunum était sur la route du Summus Poenius (Col du Grand-Saint-Bernard) qui conduisait soit vers la Germanie rhénane, soit vers la Gaule septentrionale..  ...   gras et les salissures que l on a sur les doigts, etc.. Jusqu il y a peu, les conditions d accès aux Archives, très restrictives, ont limité au maximum la consultation des documents.. Le fait d ouvrir notre dépôt aux chercheurs sera en quelque manière dommageable pour les pièces conservées.. De nouveaux moyens techniques mis récemment à notre disposition nous permettent d éviter une consultation trop fréquente des originaux: les lecteurs auront à leur disposition une image numérisée présentant un fort taux de lisibilité.. Données techniques.. Machine: SCANNER DIGIBOOK 6002RGB.. Format maximal: 85 x 60 cm.. Éclairage froid sans émission de rayons UV.. Résolution maximale:A4 = 400 dpi,A2 = 250 dpi.. Résolution utilisée: 200 dpi.. Taille des images numérisées:A4 = 12 Mo.. Taille des images comprimées:A4 = 1 Mo.. Temps pour numériser deux pages A4: 30 secondes.. Le scanner de la Fondation.. Conservation et restauration des Archives.. Depuis le XVIIIe siècle, les archives de l abbaye sont déposées dans une salle qui faisait antérieurement fonction de cuisine.. C est une salle voûtée aux murs très épais percés de deux petites fenêtres;elle communique avec le reste des bâtiments conventuels par une unique porte de métal.. Elle a été réaménagée en 2000; les conditions de température (entre 15 et 20 C) et d hygrométrie (55%) sont naturellement optimales pour la conservation des papiers et parchemins.. La paroi nord des archives est recouverte par des meubles à tiroirs datant de la fin du XVIIIe siècle.. Le sol est composé de pierres du Rhône patinées par le temps.. On ignore où étaient conservées les archives au moment de l incendie dévastateur qui anéantit en 1693 la majeure partie de l abbaye et de la ville et dont les archives sortirent indemnes.. Au cours des temps, les documents d archives subissent des dommages qu il convient de réparer:.. Infiltration d eau, d où des documents tachés, des écritures.. effacées, des papiers fragilisés, la présence de micro-organismes pouvant détruire le papier.. Invasion d insectes, laissant de petits trous.. Présence de rongeurs croquant à belles dents papiers et parchemins.. La lumière brunissant les papiers, effaçant les écritures.. La consultation trop intensive des documents, d où des reliures qui se démontent.. Des catastrophes telles qu incendies ou inondations (auxquels les archives de Saint-Maurice ont miraculeusement échappé).. La conservation ne peut revenir sur ce qui est détruit, mais vise à rendre nos documents plus solides pour leur permettre de poursuivre leur vie dans les siècles futurs dans les meilleures conditions possibles :.. en conditionnant les pièces dans des boîtes sans acidité.. en détruisant les micro-organismes.. en comblant les vides laissés par les rongeurs.. Préservation et mise en valeur par le conditionnement, le classement, la mise en inventaire, la restauration, la numérisation, la publication sur Internet de votre fonds d archives patrimonial.. Vous êtes propriétaire d un fonds d archives.. Vous avez l intention de le préserver pour la postérité sur un support de conservation adéquat et de le mettre en valeur par une ouverture virtuelle au public.. digi-archives.. a pour mission de répondre à ces intentions.. La.. Fondation.. des archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice dispose d un instrument de travail éprouvé et d une expérience permettant de réaliser ces objectifs.. La plate-forme.. Digi-Archives.. est à votre disposition.. Situation.. Votre fonds est inventorié selon les normes en vigueur (ISADG), numérisé selon les critères de qualité usuels en la matière, les regestes sont reliés aux images : la plate-forme Digi-Archives.. vous accueille avec plaisir.. Votre fonds n est pas prêt à être ouvert au public : Digi-Archives vous donne la marche à suivre.. Prestations de la Fondation des archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice.. :.. - la Fondation évalue le travail à effectuer et présente un devis pour acceptation au propriétaire du fonds.. - propose le contrat de travail qui lie le propriétaire du fonds d archives à la Fondation.. - prend en charge les divers dépôts provisoires d archives, conformément aux usages professionnels en vigueur.. Elle assure la cotation et l inventaire des documents non inventoriés, selon les normes internationales en vigueur.. Elle s engage à retourner les documents au propriétaire dans les délais du plan de travail.. - supervise le travail et sa mise en ligne du fonds d archives.. Prestations du propriétaire du fonds d archives.. - le propriétaire confie le travail de mise en valeur à la Fondation.. - le propriétaire s engage à mettre provisoirement à la disposition de la Fondation (le cas échéant par lots successifs) certaines parties de son fonds d archives, selon un plan de travail et un budget précis.. - les travaux déjà engagés par le propriétaire, conditionnement, classement, restauration, inventaires et autres sont considérés comme une prestation du propriétaire pour l ensemble du projet.. - le propriétaire autorise la Fondation :.. - à inventorier et numériser les documents remis.. (Les travaux de cotation, d inventaire et de pagination se font sur place ou dans les bureaux de la Fondation par un des nombreux professionnels engagés pour les missions de la Fondation).. (Afin de minimiser le coût du projet, il est envisageable que le propriétaire numérise par ses propres moyens, selon les standards de numérisation de la Fondation, les documents qui ne nécessitent pas de traitement particulier).. - à publier sur un site Internet, en principe www.. digi-archives.. org, l inventaire et les documents numérisés.. - à établir une copie de sécurité, propriété de la Fondation.. - il s engage à être le seul représentant de son fonds et seul interlocuteur vis-à-vis de Digi-Archives et de la Fondation durant la durée du projet.. Pour tous renseignements :.. SOUTENEZ LA FONDATION !.. Comment ?.. En devenant Ami de la Fondation, vous nous aiderez à atteindre nos objectifs : sauvegarder, conserver, classer, inventorier, restaurer, mettre en valeur, publier et diffuser les archives historiques.. Nous avons besoin de chacun de vous afin que tous les trésors contenus aux Archives puissent être prochainement consultables sur le futur site de la Fondation.. Tableau d honneur des donateurs.. Les versements sont cumulés dans le temps et le nom du donateur est inscrit sur notre tableau d'honneur.. CLEF DE BRONZE.. , pour des donations cumulées de Fr.. 1 000 à 3 000.. -.. CLEF D ARGENT.. 3 000 à 5 000.. CLEF D OR.. 5 000 à 25 000.. À partir de Fr.. 250.. -, les donateurs figurent sur une liste des Amis de la Fondation qui sera tenue à jour et régulièrement publiée.. Institutions, sociétés, privés.. GRANDE CLEF DE BRONZE.. 25 000 à 50 000.. GRANDE CLEF D ARGENT.. 50 000 à 100 000.. GRANDE CLEF D OR.. , pour des donations cumulées à partir de Fr.. 100 000.. Case postale 34.. CH - 1890 Saint-Maurice.. CCP 17-621877-8..

    Original link path: /pages/fondation.html
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives Historiques de l'Abbaye de St-Maurice (Suisse)
    Descriptive info: Archives historiques de l Abbaye de Saint-Maurice.. Histoire des archives de l Abbaye de Saint-Maurice.. Quelques exemples de documents.. Règlement de consultation des archives.. Table des matières générale du fonds.. HISTOIRE DES ARCHIVES DE L ABBAYE DE SAINT-MAURICE.. L abbaye de Saint-Maurice est la plus ancienne abbaye d occident toujours en fonction.. Dès le troisième quart du IVe siècle pèlerins, moines, puis chanoines affluèrent sur le lieu où reposent Maurice et les autres soldats de la légion thébaine, martyrisés à Agaune entre 280 et 290.. Les archives de l abbaye témoignent à leur manière de ce culte.. À la suite des dévastations causées par les Lombards (574) et les Sarrasins (940), les archives abbatiales ne conservent que de trop rares témoignages pour le premier millénaire.. Un grand nombre d actes du Xe-XIIe siècles ne sont connus que par une copie d un cartulaire de l abbaye rédigé au début du XIIIe siècle.. Au cours du Moyen Age, les documents d archives deviennent de plus en plus nombreux, mais ils ne semblent pas avoir fait l objet d inventaires.. L étude des mentions dorsales montre qu au début du XIIIe siècle des indications toponymiques furent inscrites au revers des actes, puis qu on y consigna de brèves analyses, sans nulle trace de cote.. Ce n est qu au XVIIe siècle, lors de l abandon du statut de collégiale (1312-1637) à l Abbaye et à la suite du retour à la vie communautaire que commence l organisation des archives abbatiales.. Les constitutions de 1637 prévoient la mise en commun de toutes les archives de l abbé et des chanoines.. Dès 1638-1639 une campagne de copie est mise en route : on confectionne alors onze cartulaires topographiques et toponymiques.. Il faut attendre 1685 pour qu un premier inventaire des actes soit dressé par Samuel Bolliet selon un plan géographique et thématique.. En 1693, l incendie qui anéantit une bonne partie des bâtiments conventuels (dont la bibliothèque) et de la ville de Saint-Maurice, épargna fort heureusement les archives.. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le chanoine Joseph Hilaire Charles rédigea un nouvel inventaire, plus systématique que le précédent.. Cet inventaire est, aujourd hui encore, la principale clef d accès aux archives abbatiales.. Depuis lors, de nombreux documents sont entrés aux archives, sans faire l objet ni de classement, ni d inventaire, ce qui rend leur accès très difficile.. Durant les années 1993-1994 on procéda au récolement des fonds classés de l inventaire Charles - une faible partie du volume total des archives - pour un microfilmage de sécurité effectué par les Archives d État à Sion.. En avril 1998 fut réalisée une estimation sommaire du volume des archives à classer.. Au début de l année 1999 a été mis sur pied un comité de soutien aux archives abbatiales composé de spécialistes avec lequel tous les travaux furent  ...   expertisées par un spécialiste.. Lors des travaux de restauration, on a essayé de conserver au maximum les conditions climatiques antérieures.. EXEMPLES DE DOCUMENTS.. Les archives médiévales de l Abbaye de Saint-Maurice renferment en grande majorité des documents administratifs.. Il s agissait pour elle de pouvoir défendre ses droits.. Il lui fallait non seulement prouver qu elle détenait telle ou telle possession, mais aussi la gérer et l administrer.. Ainsi, nos archives contiennent des documents décrivant les villages ou les personnes qui dépendaient d elle.. Pour les périodes les plus anciennes (entre le Xe et le XIVe siècle), du fait de la pérennité de notre institution ecclésiastique et des conditions exceptionnelle de conservation, plusieurs localités et maintes famille trouvent chez nous leur histoire.. L intérêt de ces actes sort donc du cadre étroit du monastère pour s étendre à tout le territoire qui lui était soumis.. Pour vous en convaincre, nous avons préparé un florilège de documents que nous possédons, certains en grand nombre, d autres en nombre plus restreint.. Pour vous permettre de vous en rendre compte, nous avons divisé la liste ci-dessous en plusieurs catégories.. Nous ajoutons à cette liste quelques pages de l inventaire écrit par le chanoine Charles au XVIIIe siècle, toujours actuel, ce qui vous montrera l étendue des possessions abbatiales.. Il vous suffit de cliquer sur les liens ci-contre pour accéder à l image numérisée du document qui vous intéresse.. A côté, apparaîtra la fiche d analyse que nous avons voulue la plus complète possible; c est par elle que, grâce à un moteur de recherche, vous pourrez sélectionner les pièces qui correspondent à vos thèmes de prédilection.. Vous n arrivez pas à lire ces écritures anciennes ? Vous ne savez pas le latin ? Qu à cela ne tienne : nous pouvons vous fournir une transcription ou une traduction des parties qui vous intéressent.. Nous pouvons aussi les remettre dans leur contexte historique et juridique.. A titre d exemple, nous avons procédé à ces travaux pour les pièces suivantes:.. Documents généraux :.. -.. Diplôme royal (Rodolphe III, 1018) : 1re mention de localités.. Bulle (Alexandre III, 1179) : 1re mention de localités.. Terriers et comptes :.. Terrier sous forme de registre (1665, Lully).. Terrier sous forme de rouleau (1348, Bagnes).. Comptes (1412, Bex).. Actes notariés et parchemins divers :.. Don de l évêque de Lausanne (Meillerie [?] 1166).. Achat (1296, Vouvry).. Vente (1526, Argentière).. Rente constituée (1277, Ollon).. Testament (1522, Bovernier).. Consortage d alpage (1591, Salvan).. Contrat de mariage (1530, Les Marécottes).. Affrarèchement (1525, Salvan).. Acte où apparaît une communauté (1362, Mex).. Annulation de mariage (1370, Salvan).. Registres de justice :.. Interrogatoire d un accusé (1770, Monthey).. Procès de sorcellerie (1457, Bagnes).. Documents rares :.. Indulgence (1512, Bex).. Sermon (1679, lieu indéfini).. Registre paroissial (1713-1717, Abbaye).. PV du Chapitre (1660, Abbaye).. Martyrologe (7 ides mai-9 kal.. juin, Abbaye)..

    Original link path: /pages/archives.html
    Open archive

  • Title: DIGI-ARCHIVES
    Descriptive info: Fonds d'archives et moteur de recherche.. Historique de navigation : documents que vous avez consultés.. Aide d utilisation.. NB : Le moteur de recherche fonctionne toujours à partir d'un fonds précis, mais affiche aussi les résultats trouvés dans d'autres fonds.. Pour faire une recherche, choisissez d'abord un fonds d'archive, puis choisissez l'option - faire une recherche dans ce fonds.. Les fonds d archives représentés :.. 1.. Archives ecclésiastiques.. Archives de l Abbaye de Saint-Maurice.. table des matières.. documents  ...   introduction au fonds.. Archives du Grand-Saint-Bernard.. 2.. Archives de paroisses dépendant de l Abbaye de Saint-Maurice.. Paroisse de Choëx.. Paroisse de Saint-Sigismond.. Paroisse d Outre-Rhône.. 3.. Archives de collectivités.. Consortage des Jeurs.. 4.. Archives de familles.. Fonds Raymond Lonfat.. Fonds de la famille Von Werra.. Fonds de la famille Von Werra (partie Leuk).. 5.. Archives historiques.. Fonds Walewski.. NB : En cours de construction.. page d accueil du fonds.. Votre propre fonds d archives pourrait figurer ici !..

    Original link path: /pages/fonds.html
    Open archive

  • Title: DIGI-ARCHIVES
    Descriptive info: Les inventaires suivants peuvent être consultés en ligne :.. Archives de l'Abbaye de Saint-Maurice.. table des matières de l inventaire du chanoine Hilaire Charles.. Archives du Grand-Saint-Bernard.. table des matières générale.. Archives du Monastère des Bernardines de Collombey.. Archives de la paroisse de Bovernier (VS).. Archives de la paroisse de Liddes (VS).. Archives de la paroisse de Finhaut (VS).. Archivio di Stato, Turin.. Archivio storico dell Ordine Mauriziano, Torino (Archives de l Ordre mauricien, Turin).. Liste des documents aimablement mis à disposition par Mme Pignat.. Votre propre fonds d archive pourrait figurer ici !..

    Original link path: /pages/inventaires.html
    Open archive

  • Title: DIGI-ARCHIVES
    Descriptive info: Edition de sources.. François FOREL : Régeste soit documents relatifs à l'histoire de la Suisse romande.. présentation textuelle : table des matières.. présentation méthodique des documents.. Jean GREMAUD : Documents relatifs à l histoire du Valais.. notice biographique : J.. Gremaud.. Paul LULLIN et Charles LE FORT : Régeste genevois.. notice biographique sur les auteurs.. Georges Auguste MATILE  ...   Matile.. Joseph TROUILLAT : Monuments de l'histoire de l'ancien évêché de Bâle.. Trouillat.. Remo BECCI : Le chartrier de l Abbaye de St-Maurice d Agaune (1128 - 1292).. GALLIA CHRISTIANA : Douzième volume, concernant les provinces de Sens et de Tarentaise.. présentation méthodique des documents : table des matières.. Karl ZEERLEDER : Urkunden für die Geschichte der Stadt Bern..

    Original link path: /pages/edition.html
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives Historiques de l'Abbaye de St-Maurice (Suisse)
    Descriptive info: Recherche et publications.. NOUVEAU :.. LES ECHOS DE SAINT MAURICE.. Edition numérique en ligne.. NB : En cours de publication.. Projets de recherche en cours et publications relatives aux documents de nos archives :.. Colloque international.. Autour de SAINT MAURICE.. Politique, société et construction identitaire.. Besançon - Saint-Maurice d Agaune 29 septembre - 3 octobre 2009.. Initié par Mmes Nicole Brocard et Anne Wagner, maîtres de conférence à l Université de Bourgogne à Besançon, un projet de recherches a rassemblé de nombreux savants sur ce thème.. Une première table ronde a rassemblé plus de vingt conférenciers à Besançon les 1 et 2 juin 2007.. Une autre assemblée d une trentaine de participants s'est tenu à Saint-Maurice les 23 et 24 septembre 2008.. Un grand colloque s'est tenu à Besançon et à Saint-Maurice du 28 septembre au 2 octobre 2009, réunissant des chercheurs de plusieurs disciplines : historiens médiévistes et modernistes, historiens de l art, spécialiste des textes, archéologues, etc.. •.. Table ronde de Besançon 2-3 juin 2007.. Table ronde de Saint-Maurice d Agaune 23-24 septembre 2008.. Présentation du Colloque de 2009.. Compte-rendu du Colloque de 2009.. ACTES du Colloque.. Voir aussi la page de l'Université de Zürich consacrée à ce colloque.. L’écrit documentaire dans le Chablais.. Un témoin exceptionnel : le Minutarium majus de l’abbaye de Saint-Maurice.. • La Fondation a remis en œuvre un vieux projet consistant à éditer et à présenter l’un de nos documents le plus précieux..  ...   de Chambéry et de Lausanne, ont sélectionné un panel de trente documents issus des archives abbatiales en variant les écritures, les sujets et le type des objets.. Outre des planches, ils proposent la transcription, la traduction et des textes introductifs pour chacun des pièces sélectionnées.. Cet ouvrage a paru en janvier 2010 conjointement sous le patronage de l’Université de Chambéry, de Lausanne et de la Fondation pour les archives historiques de l’Abbaye de Saint-Maurice.. Présentation de l'ouvrage.. Pour commander en Suisse.. Bibliographie générale.. L’histoire de l’Abbaye de Saint-Maurice a fait l’objet de nombreuses publications.. Pour l’histoire complète de l’Abbaye, voir :.. - Helvetia Sacra IV/1, Bâle-Francfort 1997 (.. Les chanoines réguliers de Saint-Augustin en Valais.. p.. 279-494 :.. Saint-Maurice d’Agaune.. par Elsanne Gilomen Schenkel, Gilbert Coutaz, Germain Hausmann et Philipp Kalbermatter).. Pour les origines :.. - Besson, Marius,.. Monasterium Acaunense,.. Fribourg 1913.. - Theurillat, Jean-Marie,.. L abbaye de Saint-Maurice d Agaune des origines à la réforme canoniale,515-830 environ,.. dans.. Vallesia.. 9, 1954, 1-128.. Pour le Trésor :.. - Aubert, Edouard,.. Le Trésor de l abbaye de Saint-Maurice d Agaune,.. Paris 1872.. (ouvrage vieilli).. - Bouffard, Pierre,.. Saint-Maurice d Agaune.. Trésor de l abbaye.. Introduction de Jean-Marie Theurillat, Genève 1974.. - Thurre, Daniel,.. L atelier roman d orfèvrerie de l abbaye de Saint-Maurice,.. Sierre 1992 (avec bibliographie exhaustive sur les pièces du trésor de l abbaye de Saint-Maurice).. Pour en savoir plus : Sources imprimées.. Pour en savoir plus : Travaux..

    Original link path: /pages/publication.html
    Open archive

  • Title: DIGI-ARCHIVES
    Descriptive info: PLAN DU SITE.. Accueil.. Le projet de la Fondation : le classement et l inventaire des archives.. Le projet de la Fondation : la numérisation des archives.. Le projet de la Fondation : la restauration des archives.. Le projet de la Fondation : recherche et publications.. Archives de l Abbaye.. Fonds d archives.. Aide d utilisation.. Archives de l Abbaye de Saint-Maurice.. Table des matières.. Documents classés selon leur cote.. Archives du Chapitre cathédral de Sion.. Minutiers A.. Minutiers B.. Paroisse de Choëx.. Paroisse de Saint-Sigismond.. Paroisse d Outre-Rhône.. Fonds de la famille Von Werra.. Partie AVGO.. Partie Loèche.. Généalogie.. Fonds Walewski.. Inventaires en ligne.. Grand-Saint-Bernard.. Archvio di Stato, Turin.. Présentation du fonds.. Documents concernant la Suisse.. Inventaire du petit fonds d archives familial de Raymond Louis Lonfat, Finhaut.. Colloque de Besançon.. Table ronde de Besançon juin 2007.. Table ronde de Saint-Maurice d’Agaune septembre 2008.. Edition du Minutarium Majus.. Edition d un Album de paléographie.. Jean GREMAUD  ...   de la Suisse.. Divers outils de chronologie, calendriers etc.. (en anglais et allemand).. Dictionnaire ancien français.. Dictionnaires langues diverses.. Medieval Manuscript Manual (en anglais).. Conseil international des Archives : Norme de description archivistique ISAD(G).. communal.. ch (Index des communes suisses).. Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs.. Dictionnaires français d autrefois.. Portail Ménéstrel pour les médiévistes.. The Hierarchy of the Catholic Church.. Archives et bibliothèques:.. Archives de l État du Valais (AEV).. Archives de l État de Fribourg (AEF).. Archives cantonales genevoises.. Archives cantonales jurassiennes.. Archives cantonales neuchateloises.. Archives cantonales vaudoises.. Médiathèque du Valais.. Médiathèque Valais - Martigny.. Amatus.. ch : le site des ressources documentaires de l'Abbaye de Saint-Maurice.. Fonds ecclésiastiques dans les archives suisses.. Généalogie:.. Association Valaisanne d Etudes Généalogiques(AVEG).. Cercle vaudois de Généalogie.. Société genevoise de Généalogie.. Swiss Roots.. Autres:.. Société suisse pour la protection des biens culturels.. Commune de Saint-Maurice.. Les catholiques suisses en ligne.. La Salévienne, société d Histoire locale..

    Original link path: /pages/plan.html
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives historiques de l'Abbaye de Saint-Maurice
    Descriptive info: ECRIRE ET CONSERVER.. Album paléographique et diplomatique de l Abbaye de Saint-Maurice d Agaune.. Un coffret (format A4) contenant 30 reproductions en couleurs de documents.. médiévaux et un livret de 80 pages d introduction, de transcriptions, de.. traductions et de commentaires.. Au prix de CHF 48.. - + frais d expédition.. Date de parution : janvier 2010.. Pour commander, s'adresser aux.. Cahiers lausannois d'histoire médiévale..

    Original link path: /pages/besancon/commande.html
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives Historiques de l'Abbaye de St-Maurice (Suisse)
    Descriptive info: Notes historiques rédigées par le chanoine Léon Dupont Lachenal en 1973.. Extrait de : Léon Dupont Lachenal,.. L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune : Notes historiques.. Tiré à part des.. , 1973, n° 1, p.. 60-72 et n° 2, p.. 86-95.. I.. L'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune.. Les Martyrs.. L Abbaye de Saint-Maurice d Agaune est intimement liée, par ses origines et par son histoire plus que millénaire, à la petite cité valaisanne qu elle avoisine.. Dans l étroit défilé où le Rhône s échappe du Valais pour courir vers le Léman, puis vers la Gaule, une localité s était formée dès l époque préhistorique, ainsi qu en témoignent l archéologie et la toponymie : le toponyme,.. Acaunus.. , est, en effet, d origine celtique et fait allusion à la montagne rocheuse et pointue qui domine le site.. A l époque romaine, qui s étend, ici, du règne d Auguste au milieu du Ve siècle, le toponyme évolue en.. Acaunum.. , puis.. Agaunum.. , et laisse sa trace dans deux stèles élevées par des percepteurs de péage.. C est là que passe la voie romaine qui, par le.. Summus Penninus.. ou.. Mons Jovis.. , aujourd hui le Grand-Saint-Bernard, relie l Italie, la Gaule septentrionale et la Germanie rhénane.. Cette route verra passer non seulement les marchands, qui l empruntent depuis toujours, selon le témoignage même de César, mais aussi les fonctionnaires de l Empire et les soldats, comme le montre l épigraphie.. Précisément, sous le règne simultané de Dioclétien et de Maximien (285-291), une troupe fut appelée d Orient pour appuyer Maximien qui avait à faire face aux insurrections des Bagaudes et aux incursions des Alamans.. Saint Eucher, qui raconte leur histoire, dit qu on les appelait Thébains, du nom de Thèbes en Haute-Egypte, et cela peut s entendre soit qu ils en étaient originaires, soit qu ils y avaient tenu garnison, car l Egypte, mal soumise à l Empire, devait être constamment tenue par les légions de Rome.. Le corps qui nous occupe était chrétien et avait Maurice pour chef.. Quand Maximien, au défilé d Agaune, voulut contraindre les soldats chrétiens à agir contre leur conscience, en s engageant à pourchasser les chrétiens ou en portant leurs hommages aux dieux païens, ils préférèrent mourir par fidélité à leur foi.. Tel est, comme on l a dit, le grand souvenir martyrologique et militaire qui est à l origine de l Abbaye de Saint-Maurice.. La première basilique.. Le premier évêque du Valais, saint Théodore, qui avait son siège à Octodure, aujourd hui Martigny, à 15 km.. d Agaune, et dont le concile d Aquilée, près de Venise, auquel il prit part, en 381, nous fournit une date sûre, éleva au pied de la falaise rocheuse d Agaune la première chapelle et y recueillit les restes des Martyrs.. Bientôt, des pèlerins accoururent ; le sanctuaire fut agrandi et un hospice construit : c est ce que nous montre saint Eucher, évêque de Lyon, dans le second quart du Ve siècle, qui écrivit la Passion des Martyrs d Agaune (.. Passio Acaunensium Martyrum.. ).. Au milieu de ce même siècle, la situation politique du pays change : à la domination romaine succède le royaume des Burgondes.. Aux environs de 500, la basilique d Agaune paraît avoir eu pour chef saint Séverin, dont la.. Vita.. , écrite au plus tard vers l an 800, rapporte qu il dirigea pendant une trentaine d années la communauté de ses desservants.. L Abbé Séverin (on sait en effet que le titre d Abbé est souvent donné en ces temps-là aux chefs de basiliques célèbres, comme Saint-Denis près de Paris ou Saint-Martin à Tours) accueillait les pèlerins, les réconfortait et s était acquis la réputation d un thaumaturge.. Aussi Clovis, malade, le fit-il appeler près de lui, à Paris, vers 510.. Sur le chemin du retour, Séverin mourut à Château-Landon (Seine-et-Marne) où s éleva plus tard l Abbaye de Saint-Séverin.. La période monastique.. Mais l institution monastique proprement dite à Agaune date de 515.. Elle est due à la piété et à la munificence d un prince burgonde, Sigismond, que son père, le roi Gondebaud, avait associé au pouvoir depuis 513.. Converti de l arianisme au catholicisme par saint Avit, évêque de Vienne, c est en se concertant sans doute avec cet illustre pontife que Sigismond fonda le monastère d Agaune,.. Monasterium Acaunense.. , en 515.. Le jour de son inauguration, le 22 septembre 515, Avit prononça l homélie, dont le texte est conservé par deux manuscrits du VIe siècle à la Bibliothèque Nationale de Paris.. Le premier Abbé de la nouvelle institution, Hymnémode, était venu de Grigny, au sud-ouest de Lyon ; mais il mourait déjà au début de 516.. Son successeur fut le grand Abbé Ambroise (516-520), venu lui aussi de la région lyonnaise, du monastère de l Ile-Barbe ; c est à lui qu incomba la tâche de construire une nouvelle basilique et d y organiser la psalmodie perpétuelle, de jour et de nuit, cette.. Laus perennis.. qui, selon le témoignage de Mgr Besson, sera la grande spécialité du monastère d Agaune au point que, lorsqu elle fut instituée plus tard dans divers monastères des Gaules, on prit toujours soin d indiquer que c était à l imitation d Agaune :.. ad instar Agaunensium.. Cinq chœurs assuraient cette permanence de la prière ; quatre d entre eux portaient les noms des monastères du Royaume dont étaient tirés leurs premiers membres : Grigny, L Ile-Barbe, Condat (aujourd hui Saint-Claude) et Romainmôtier (Vaud) ; le cinquième groupe, formé sans doute des anciens desservants du sanctuaire d Agaune et de nouvelles recrues, est désigné par le nom de son chef :.. domnus Probus.. Cette première période de l Abbaye sigismondine dura environ trois siècles.. Avec la psalmodie, les moines d Agaune font de leur monastère un centre spirituel, culturel et administratif.. Divers écrits nous sont parvenus de cette activité : transcriptions de la.. Passio Martyrum.. d Eucher ; rédaction de la vie des trois premiers Abbés (.. Vita Abbatum Acaunensium.. ); épitaphes de plusieurs Abbés et moines, dont celle d Ambroise, en vers acrostiches, témoigne de leur recherche littéraire ; vie et passion de leur fondateur, saint Sigismond ; catalogue des douze premiers Abbés ; divers textes liturgiques enfin : l hymne.. Alma Christi quando fides.. en l honneur des Martyrs Thébains, et des Messes de saint Maurice et de saint Sigismond avec des Préfaces propres.. Ils restent en relations étroites avec les moines de Condat, qui leur dédient la vie de leurs fondateurs (.. Vita Patrum Jurensium.. Ils tiennent une école monastique, dont parle Grégoire de Tours en racontant l histoire merveilleuse d un élève qui était mort et dont sa mère continuait d entendre la voix mêlée au chœur des moines.. Un notable de Grenoble, Héliodore, amena aussi à l école d Agaune son fils qui deviendra moine à son tour et sera saint Amé ; après trente ans passés au monastère, il se retirera dans la montagne qui domine celui-ci, où le sanctuaire de Notre-Dame du Rocher ou du Scex (.. de Saxo.. ) perpétue son souvenir.. Plus tard, saint Eustase entraînera saint Amé dans les Vosges, où il répandra le culte de saint Maurice, deviendra Abbé de Remiremont et mourra vers 630.. Grégoire de Tours, parlant de la fondation du monastère d Agaune, mentionne ses basiliques.. On a émis l hypothèse que les chœurs des moines assuraient la psalmodie perpétuelle en se relayant entre divers sanctuaires.. Outre la basilique principale, celle des Martyrs, on connaît la chapelle de Saint-Jean qui prendra le nom de Saint-Sigismond après que l Abbé Vénérand y eut déposé, en 537 probablement, les restes du roi qu il était allé chercher près d Orléans ; c est là en effet que le roi burgonde, tombé captif du roi franc Clodomir, avait été massacré en 524.. Son tombeau, à Agaune, attirera les malades, particulièrement les fébricitants, rapporte Grégoire de Tours.. De plus, les bulles pontificales nous font connaître les sanctuaires de Saint-Laurent, de Notre-Dame Sous-le-Bourg et de l Hospice Saint-Jacques.. Dès l origine, l Abbaye possède son baptistère.. Des privilèges pontificaux et royaux la placent sous l immédiate dépendance du Siège Apostolique, et dès le haut Moyen Age, elle est citée, avec Farfa et Lérins, parmi les monastères-types de l exemption.. Enjeu des princes.. D autre part, l Abbaye possède un vaste domaine temporel, avec bourgades et hameaux, qu elle tient de la générosité de son fondateur et d autres princes.. Ce domaine est dispersé non seulement dans le Valais actuel, mais en Suisse romande, dans la vallée d Aoste, la Savoie, le Dauphiné et la Franche-Comté.. Le monastère veille à la vie spirituelle des populations par la création de chapelles qui prépareront la fondation des paroisses.. Sur le plan matériel aussi, l administration des domaines abbatiaux développe l économie rurale et prépare l organisation temporelle.. Notons encore que, au VIIe siècle, le monastère frappe monnaie.. Ce vaste complexe, s il faisait de l Abbaye une puissance, devait exciter les convoitises des princes.. Aux environs de 730 déjà, un chef laïc, le duc Norbert, s empare de la dignité abbatiale.. Puis, pendant près d un siècle, de 760 à 856, quatre prélats sont en même temps Abbés de Saint-Maurice et évêques de Sion.. En 856, le duc Hubert usurpe l Abbaye et, dès lors, celle-ci est disputée entre les princes qui tiennent à sa position géographique, sur la route transalpine, autant qu à ses domaines dont ils disposent à leur gré.. La défaite et la mort du duc Hubert à Orbe, en 864, met l Abbaye au pouvoir du vainqueur, Conrad, puis de son fils Rodolphe, cité comme Abbé laïc dès 872, et qui fonde à Saint-Maurice même, en 888, le second royaume de Bourgogne.. L Abbaye demeure une possession royale pendant toute la durée du royaume.. La mort de Rodolphe III, en 1032, ne libère pas le monastère, qui passe alors aux mains de la Maison de Savoie pour un siècle encore.. Durant cette longue période d assujettissement aux dynasties successives, la vie religieuse avait naturellement évolué à l Abbaye, où les moines avaient été remplacés, dès le IXe siècle, par des chanoines qui suivaient probablement la Règle que le concile d Aix-la-Chapelle en 817 avait fixée en s inspirant des règlements de saint Chrodegang, évêque de Metz.. La dignité abbatiale étant retenue par les princes, la communauté est dirigée par des prévôts ou des prieurs.. Parfois cependant, les princes laissent le titre d Abbé à des membres de leur parenté, comme Bourcard le Grand, frère de Rodolphe III, qui apparaît d abord comme prévôt, de 982 à 1001, puis comme Abbé, de 1001 à sa mort, survenue entre 1027 et 1032.. Il reconstruisit l abbatiale de Saint-Maurice, avec sa tour romane qui demeure aujourd hui encore.. Bourcard était en même temps archevêque de Lyon ; d autres prélats, évêques d Aoste ou archevêques de Lyon, interviennent encore, durant le XIe siècle, comme prévôts ou abbés.. La réforme canoniale.. L intervention de saint Hugues, évêque de Grenoble, convainc le comte Amédée III de Savoie de mettre fin à la mainmise de sa famille sur l Abbaye, afin de permettre la réforme de celle-ci sous la Règle de saint Augustin, en 1128, et le Pape Honorius II approuve cette réforme, qui ouvre une nouvelle période dans l histoire de l Abbaye.. Celle-ci, devenue monastère de chanoines réguliers, bénéficie de l amitié et de l appui des Ordres nouveaux : les cisterciens et les chartreux, ainsi que d une pléiade de saints prélats issus de ces ordres : Guérin, évêque de Sion ; Amédée, évêque de Lausanne ; Pierre, archevêque de Tarentaise ; Anthelme, évêque de Belley ; Ayrald, évêque de Maurienne.. Le 25 mai 1148, le bienheureux Eugène III, rentrant de France en Italie, consacre personnellement l abbatiale qui vient d être reconstruite.. Un atelier d art, formé dans l Abbaye, produit des œuvres d orfèvrerie pour le service de l église, telles que reliquaires et autels.. L Abbaye entretient des relations étroites avec les autres communautés canoniales de la région, en particulier avec les Abbayes d Abondance et de Sixt, qu elle a contribué à créer, et elle forme avec celles-ci et quelques autres monastères de Savoie une sorte de Congrégation.. Le bienheureux Ponce ( 1178) qui, après avoir été, selon la tradition, chanoine d Agaune, était devenu Abbé de Sixt, puis d Abondance et de nouveau Abbé de Sixt, illustre cette union et incarne l idéal canonial.. Par une bulle de 1178, le Pape Alexandre III prend sous la protection immédiate du Saint-Siège l Abbaye de Saint-Maurice, avec toutes ses dépendances.. En 1196, Célestin III accorde aux Abbés l usage de la mitre et de l anneau aux principales solennités, faveur qui compte parmi les plus anciennes concessions de ce genre faites par les Papes à des Abbés de monastère.. En 1245, Innocent IV renouvela ce privilège en accordant à l Abbé Nantelme et à ses successeurs à perpétuité, sans restriction, la mitre, l anneau et les autres.. pontificalia.. ; cette faveur, Innocent IV l accorde, dit-il, en considération de la régularité de la vie religieuse, de la dignité du culte et des reliques précieuses qui font l honneur de l Abbaye.. La même année, le comte Amédée IV de Savoie confirme les droits de chancellerie ou notariat que l Abbaye possède de temps immémorial.. L Abbé Nantelme, dont le long abbatiat (1223-1258) marque une période de l histoire abbatiale, voue une attention toute particulière aux restes vénérés de saint Maurice et de ses compagnons martyrs, qu il retire de la crypte le 26 octobre 1225 pour les placer dans une châsse en l église elle-même.. Cette « rélévation », que préside l archevêque de Vienne sur le Rhône, donne un nouvel élan au culte des Martyrs, dont plusieurs églises de Suisse et de France sollicitent des reliques.. Louis IX lui-même en demande et obtient ; en retour, il donne à l Abbaye en 1262 une épine de la Couronne du Christ qu il a acquise des empereurs de Constantinople en 1239 ; il manifeste aussi sa sympathie en fondant à Senlis un prieuré royal rattaché à l Abbaye de Saint-Maurice.. Collégiale.. Sous le règne de l Abbé Jacques d Ayent (1292-1313) et par l effet de divers règlements capitulaires, l Abbaye évolue du statut communautaire vers celui d une Collégiale, où les chanoines, tout en conservant entre eux des liens étroits, spécialement dans la prière, acquièrent une autonomie personnelle toujours plus large.. Les diverses fonctions se constituent en prébendes distinctes : on a ainsi à côté de la mense de l Abbé, les prébendes du sacriste, du chantre, de l aumônier, du marguillier.. La fonction même du prieur, héritée de la vie religieuse, finit par disparaître vers 1355 ; dès lors, le sacriste devient le premier officier après l Abbé, et il fait même figure de seigneur sur quelques territoires.. Pourtant demeure l attachement à l Abbaye qu on désigne sous les expressions de « pieux et dévot monastère ».. La liturgie forme le lien essentiel et, à la veille de la Réforme, l Abbé Jean IV Bernardi d Allinges fait procéder à une révision des Offices propres qu il fait approuver par Alexandre VI en 1499.. L incendie qui, en 1560, ravagea l Abbaye, et l effondrement des voûtes du chœur, causé par un éboulement de la montagne voisine, en 1611, entraînèrent la perte des livres liturgiques, mais, à chaque fois, les chantres Jean Troillet d abord, Henri de Macognin ensuite, reconstituèrent sans tarder les coutumiers liturgiques.. Après chaque catastrophe, on eut à cœur aussi de reconstruire l abbatiale.. Des récits de voyageurs nous montrent que l Abbaye, avec son trésor de reliques et ses Offices, demeurait un centre spirituel, et un acte notarié de 1505 désigne l abbatiale comme « église collégiale, église-mère et paroissiale ».. L Abbaye continue en effet de veiller à la vie spirituelle des paroisses qui lui sont rattachées, notamment celles de Saint-Maurice, de Lavey, de Salvan, de Bagnes, de Vollèges, de Choëx, et d autres plus éloignées.. Si l Abbaye a perdu ses domaines les plus lointains, elle continue cependant d exercer l autorité temporelle sur les seigneuries plus proches : en Chablais, en Valais et dans le Pays de Vaud.. Aux XIIe et XIIIe siècles, elle administre ces seigneuries par des ministériaux : vidomnes ou métraux, mais par la suite, à l exemple des princes savoyards et des évêques de Sion dans leurs territoires, elle remplace ces fonctionnaires par des châtelains plus malléables, parce que nommés librement et toujours révocables.. Pourtant, de 1570 à 1798, c est à la famille de Quartéry, de Saint-Maurice, que les Abbés confièrent le plus souvent la charge de grand-châtelain de la vallée de Salvan, de Vérossaz et de Choëx.. Les Abbés usent de leur pouvoir législatif en édictant des ordonnances comme en accordant des franchises aux communautés civiles ; ils détiennent aussi le pouvoir judiciaire qu ils organisent en créant des tribunaux dans leurs divers territoires, entre autres Lavey, Salaz, Vouvry, Oron.. Mais les bouleversements qui, en 1475 d abord, en 1536 ensuite, élargirent la domination valaisanne jusqu au Léman, de même que l extension des républiques bernoise et fribourgeoise dans le Pays de Vaud, portèrent un rude coup à la puissance temporelle de l Abbaye en plaçant celle-ci dans la dépendance du pouvoir civil dont elle dut reconnaître la souveraineté et sous laquelle seulement elle put continuer d exercer le pouvoir immédiat.. Lors du renouvellement de l alliance entre le Valais et les sept cantons catholiques de la Suisse, en 1555, l Abbaye tenta de se faire admettre comme partie participante, mais les sept Dizains valaisans s opposèrent à cette admission, en déclarant qu ils assumaient eux-mêmes la protection de l Abbaye.. L incendie de 1560 ne causa pas seulement des ruines matérielles, mais obligea l Abbaye à aliéner terres et revenus pour rebâtir le monastère.. Acculé par les nécessités et les épreuves, l Abbé Jean V Miles, par des actes du 12 juin 1570 et du 22 mai 1571, plaça sa Maison sous la «protection» de l Etat, c est-à-dire dans sa dépendance, ce qui amena l ingérence de l Etat dans l administration abbatiale, les élections d Abbés et jusque dans le recrutement des religieux.. Découragé par tant d épreuves, Miles mourut en février 1572.. De 1587 à 1604, la dignité abbatiale est détenue par un prélat originaire du Haut-Valais, Adrien de Riedmatten, qui devait son autorité à la puissance de sa famille et à la protection de l Etat.. D autre part, en 1590, l Abbaye dut lutter pour conserver les reliques de saint Maurice, que le duc de Savoie voulait, avec l accord de l Etat du Valais, faire porter à Turin ; cette exigence se ramena finalement à un compromis et un partage.. Enfin le 3 janvier 1611, un éboulement écrasa l abbatiale.. L Abbaye semblait bien près de sa ruine définitive.. Renouveau.. Malgré tant d adversités, la Providence veillait et allait susciter les énergies nécessaires à un renouveau.. En juin 1614, l Abbé Pierre III Du Nant de Grilly pose la première pierre de l abbatiale actuelle.. C était une œuvre de foi, qui ne progressa que lentement, faute de ressources.. Pour faire face à la situation, les chanoines reprirent la vie commune et, avec les encouragements pressants des Nonces, la construction de la basilique s accompagna d un retour à plus de régularité.. Le 20 juin 1627, le Nonce Alessandro Scappi consacra la nouvelle église.. L Abbé Pierre IV Maurice Odet (1640-1657) s efforça de consolider ce renouveau religieux en supprimant les prébendes et en restaurant la charge priorale.. Mais s il réussit à assurer la vie communautaire, la communauté oscilla longtemps encore entre un statut régulier et celui d une collégiale séculière.. Jusque durant le XVIIIe siècle, les hésitations se poursuivirent et il fallut l intervention du Nonce Domenico Passionei en 1722 pour établir la vie religieuse sur de solides Constitutions.. La fin du XVIIe siècle fut attristée par un terrible incendie qui réduisit l Abbaye en cendres avec la plus grande partie de la ville et causa la mort de dix-huit personnes dont deux chanoines.. Ce fut le mérite de Nicolas II Camanis, d abord comme procureur, puis comme Abbé (1704-1715), de relever les ruines en construisant l Abbaye actuelle et en restaurant l église qui, ravagée, était cependant restée debout.. Dès le XVIe siècle, l Abbaye s était ouverte à l humanisme.. L Abbé Barthélémy IV Sostion (1521-1550) avait fait bon accueil à Johannes Stumpf, de Zurich, comme à Sébastien Munster, de Bâle, qui ont écrit des.. Chroniques.. célèbres.. Le successeur de Sostion, Jean V Ritter (1550-1572) avait, selon la  ...   intervient en 1199 auprès de l évêque de Sion en faveur de la Prévôté du Saint-Bernard à laquelle le prélat contestait ses paroisses.. En 1212, Innocent III charge l archevêque de Tarentaise, l évêque de Genève et l Abbé d Agaune de procéder à des réformes dans la communauté bernardine.. L évêque de Sion et le Prévôt conviennent, en 1334, de s en remettre, en cas de divergences, à l arbitrage de l Abbé d Agaune et du doyen du Chapitre cathédral de Valère (Sion).. Une bulle du Pape de Pise Jean XXIII, de 1414, recommande le monastère de Mont-Joux à la protection des Abbés de Saint-Antoine en Viennois, de Saint-Ruf près de Valence (France) et de Saint-Maurice d Agaune.. L Abbaye de Saint-Maurice fonda, d autre part, des prieurés ruraux, soit pour l administration de ses domaines temporels, soit pour l assistance spirituelle des populations.. On peut citer ainsi le prieuré Saint-Maurice d Aigle (Vaud) — que l Abbaye bénédictine d Ainay (Lyon) disputa longtemps au monastère d Agaune — et le prieuré Sainte-Madeleine de Vétroz (Valais), auxquels il faut ajouter le prieuré Saint-Maurice d Illiez, qui appartint jusqu en 1607 à l Abbaye d Abondance.. En France, l Abbaye mauricienne posséda aussi le prieuré de Saint-Jean à Semur-en-Auxois (Côte d Or) ; situé jadis dans le diocèse d Autun, aujourd hui dans celui de Dijon, l ancien prieuré canonial de Semur demeura dans la dépendance de Saint-Maurice jusqu au XVIIe siècle ; il fut ensuite rattaché à la Congrégation des Chanoines Réguliers de France, dont le centre était l Abbaye Sainte-Geneviève de Paris.. Louis IX, roi de France, eut des relations étroites avec l Abbaye de Saint-Maurice, à laquelle il fit don, en 1262, en échange de reliques des Martyrs Thébains, d une Epine de la Couronne du Christ.. Le saint roi fonda l année suivante, en 1263, à Senlis (Oise), un prieuré dédié à saint Maurice, qu il plaça sous l autorité de l Abbaye d Agaune.. Comme Semur, Senlis finira plus tard chez les Génovéfains.. En 1410 encore, sur les conseils du Prévôt du Saint-Bernard Hugues d Arces, le comte de Savoie Amédée VIII, futur duc, fonda à Ripaille, près de Thonon, un prieuré sous l invocation de Notre-Dame et de saint Maurice : les chanoines de Ripaille observeraient les statuts de l Abbaye d Agaune, dont l Abbé contrôlerait l observance, en approuvant les prieurs nommés alternativement par le Chapitre prioral ou par le prince.. Appelé par le faux Concile de Bâle à la dignité pontificale sous le nom de Félix V, le fondateur de Ripaille adresse en 1445 une bulle aux chanoines du Saint-Bernard et de Saint-Maurice, aux moines d Hautecombe et aux chanoines de Ripaille pour leur donner le droit de s opposer à toute nomination de prélats commendataires, mais rien n arrête le système de la commende qui pèse déjà sur la Prévôté du Saint-Bernard depuis 1437, comme sur l Abbaye d Abondance depuis 1433.. Quant à Ripaille, l occupation du Chablais par Berne, en 1536, mit fin à l existence de ce prieuré.. Lors de la fondation de Ripaille, l Abbaye de Saint-Maurice avait déjà beaucoup évolué depuis la réforme canoniale de 1128.. Des ordonnances capitulaires, sous le règne de l Abbé Jacques d Ayent (1292-1313), avaient orienté le vieux monastère vers le statut de Collégiale.. La charge de prieur disparut vers le milieu du XIVe siècle.. Les ressources du monastère furent peu à peu réparties en fonds distincts, qui constituèrent, outre la mense de l Abbé, des prébendes particulières attachées aux fonctions du sacriste, du chantre, du marguillier et de l aumônier, et la vie commune disparut.. Si les noms de Monastère et d Abbaye continuèrent d être employés, le terme de Collégiale apparaît aussi.. Les conditions politiques s ajoutant à l effritement de l ancienne congrégation, l Abbaye risquait de se trouver isolée et réduite à sa seule existence, sans avenir assuré.. Un éboulement de la montagne, en 1611, écrasa l abbatiale qui dut être entièrement reconstruite.. L œuvre avança lentement et pour assurer les moyens indispensables, les chanoines reprirent la vie commune, d abord à titre provisoire, mais, sous l influence des Nonces, ce rétablissement deviendra définitif.. Renouveau canonial.. Le Nonce Alessandro Scappi, qui consacra la nouvelle église en 1627, s employait à travers toute la Suisse à ranimer la vitalité religieuse, et ses successeurs poursuivirent la tâche.. Justement soucieuse d éviter l isolement et d affermir sa vie spirituelle, l Abbaye s efforçait de maintenir d anciens liens ou d en créer de nouveaux avec d autres Eglises que l histoire, une relative proximité ou une similitude de vie désignait pour ces rapprochements.. Un Rituel de 1615, traitant du respect dû au maître-autel de l église abbatiale, prescrit que seuls peuvent y célébrer les cardinaux, les évêques, les abbés de monastères amis et tous ceux qui appartiennent à l Ordre de Saint-Augustin, particulièrement les chanoines de Vienne (France), d Aoste, de Soleure, d Abondance et de Sion.. Une prescription liturgique relevée en 1650 nous apprend que l Abbaye célébrait chaque année, le 11 février, une commémoraison des «frères»: les chanoines de Belley (Ain), Châlons-sur-Marne, Saint-Laurent d Oulx (Piémont), Tarentaise, Semur, Senlis, Abondance, auxquels s ajoutaient les bénédictins de Saint-Bénigne de Fructuaire près de Turin.. Ces textes reflètent une tradition qui s était développée le long des siècles.. En 1597, l Abbé Ulrich III d Einsiedeln, renouvelant d anciens liens, adresse à l Abbaye de Saint-Maurice un message de « communion et participation aux mérites ».. L Abbé d Agaune Joseph I Tobie Franc envoie en 1678 un diplôme de confraternité à Einsiedeln, dont l Abbé Augustin de Reding répond par un acte semblable l année suivante.. Le retour à la régularité fut surtout l œuvre de l Abbé Pierre IV Maurice Odet (1640-1657).. Il supprima les prébendes, restaura la charge priorale, rétablit une pleine vie communautaire ; il fut aidé dans cette tâche par les Nonces, qui lui accordèrent leur confiance et le chargèrent de diverses missions.. Il chercha aussi à renouer des liens avec d autres familles canoniales, notamment l Abbaye de Sixt avec laquelle la vieille confraternité fut raffermie en 1640, et avec la Congrégation lorraine des Chanoines Réguliers de Notre-Sauveur, fondée par saint Pierre Fourier ( 1640), dont plusieurs membres vinrent renforcer la communauté abbatiale.. Toutefois, la réforme se heurtait à des oppositions, qui assombrirent la dernière année du gouvernement de l Abbé Odet et tout le règne de son successeur l Abbé Jean VI Jodoc de Quartéry (1657-1669).. L Abbé Joseph I Tobie Franc (1669-1686) crut pouvoir assurer définitivement le renouveau canonial de l Abbaye en concluant en 1672 une union avec la Congrégation de Notre-Sauveur : cette union devait être complète au point que l Abbaye deviendrait la maison généralice de toute la Congrégation et que le Supérieur général de celle-ci serait.. ipso facto.. Abbé de Saint-Maurice.. Mais les esprits n étaient pas préparés à une union si étroite qu elle était plus une fusion qu une association.. La pression des pouvoirs publics qui n étaient pas disposés à cette internationalisation de l Abbaye de Saint-Maurice et le mécontentement de la Nonciature de Lucerne qui n avait pas été appelée à participer aux négociations qui avaient conduit à l acte d union, mirent fin à celle-ci en 1676.. C est après cet échec que l Abbé Franc renouvela, en 1678, l ancienne confraternité avec Einsiedeln.. Profitant de son séjour à Rome où il reçut la Bénédiction abbatiale, l Abbé François I De Fago conclut avec Dom Callisto Magnoni, Abbé général des Chanoines Réguliers de Latran, un pacte de fraternité, signé à Santa Maria della Pace le 17 septembre 1716.. Tout en conservant son indépendance, l Abbaye d Agaune participait désormais aux privilèges et mérites de la Congrégation de Latran, pour laquelle elle s engageait à célébrer chaque année une Messe solennelle.. Par lettre datée de Saint-Frigdien de Lucques, en Toscane, le 11 mai 1735, l Abbé général de Latran Dom Angelo Maria Bargotti confirmera le pacte de 1716, qui resserrait les liens entre l Abbaye d Agaune et l Ordre canonial.. Sur mandat du Nonce Domenico Passionei, le pieux et célèbre Louis Boniface, coadjuteur du prévôt du Grand-Saint-Bernard et futur prévôt lui-même, fit en 1721 une visite approfondie de l Abbaye d Agaune, dont, l année suivante, Passionei établit la vie religieuse sur de solides Constitutions, qui demeureront en vigueur jusqu à la Révolution helvétique de 1798.. A plusieurs reprises, notamment en 1732, 1737 et 1747, il fut question d une union entre la Prévôté du Saint-Bernard et l Abbaye de Saint-Maurice ; les deux Communautés s y montraient favorables, la Nonciature de Lucerne approuvait ces orientations, mais, chaque fois, la Cour de Turin, qui conservait une sorte de patronat sur la Prévôté, fit obstacle.. Epoque contemporaine.. La Révolution qui, à partir de 1798, bouleversa l organisation du Valais et de la Suisse, atteignit aussi les institutions ecclésiastiques, supprimant les unes, ébranlant les autres.. Dès 1801 revient le vieux projet d union de l Abbaye de Saint-Maurice et de la Prévôté du Grand-Saint-Bernard dont Napoléon appréciait le rôle au passage des Alpes.. Aussi, durant la période où le Valais fut incorporé à l Empire français sous le nom de Département du Simplon (1810-1814), la volonté impériale décréta cette union.. L Abbé Etienne I Germain Pierraz fut considéré comme démissionnaire et le Prévôt Pierre Joseph Rausis prit possession de l Abbaye, en accord avec l Abbé qui lui délégua ses pouvoirs.. C est ainsi qu en 1812 Rausis s intitule : « Prévôt de la Congrégation des Chanoines Réguliers hospitaliers du Grand-Saint-Bernard, d Agaune et du Simplon ».. En cette même année, le gouvernement impérial, par son ministre des cultes, imposait à la Congrégation ses constitutions.. Néanmoins, cet arrangement sauva l existence de l Abbaye.. A la chute de Napoléon, les deux Communautés reprirent leur indépendance.. Les chanoines de Saint-Maurice s empressèrent, sous la direction de l Abbé Pierraz, de reviser leurs Constitutions pour tenir compte de l évolution historique et, le 3 août 1814, ils les soumirent à l approbation du Saint-Siège.. L Abbaye comptait alors 16 religieux, qui apposèrent leur signature.. Pie VII ratifia le 14 avril 1820 ces Constitutions, auxquelles la signature des membres de l Abbaye conférait une adhésion unanime qui ne s est pas retrouvée plus tard.. Le milieu du XIXe siècle fut à nouveau marqué en Suisse et en Valais par des conflits politiques et militaires, qui n épargnèrent pas l Eglise.. Des projets d union entre les Maisons du Saint-Bernard et de Saint-Maurice réapparaissent plusieurs fois, notamment en 1840, 1848, 1857, sans parvenir à réalisation.. Mais si les deux Communautés sont demeurées indépendantes, elles se considèrent néanmoins comme « deux Maisons-sœurs » et gardent entre elles des relations fraternelles, se rendant de mutuels services.. A Saint-Maurice, Mgr Etienne II Bagnoud, atteint par l échec d une entreprise missionnaire en Algérie, généreuse mais insuffisamment préparée, et par les critiques suscitées par ses relations extérieures, présenta sa démission en 1858 ; la Nonciature, qui n était plus gérée que par des chargés d affaires, fit surseoir à l élection de son successeur, mesure à laquelle ne furent pas étrangères certaines influences extérieures à l Abbaye.. Un nouveau chargé d affaires, Mgr Gianbattista Agnozzi, nommé en 1868, s appliqua à résoudre les difficultés : de nouvelles Constitutions furent approuvées par Pie IX dans une audience du 18 septembre 1870 et Mgr Bagnoud fut réélu par le Chapitre à l unanimité.. Il semble cependant que ces Constitutions furent élarborées hâtivement, sous la pression des graves événements extérieurs : guerre franco-allemande, suspension du Concile Vatican I, conflit entre l Italie et le Saint-Siège (prise de Rome le 20 septembre 1870) et ne recueillirent pas l adhésion de tous, si bien que pour les imprimer en 1888, il fallut en redemander copie à Rome, le texte n ayant pas été conservé à Saint-Maurice.. Durant les dernières décennies du XIXe siècle et les premières du XXe, l Abbaye d Agaune connut un développement considérable, particulièrement sous le gouvernement des Abbés-évêques Joseph IV Paccolat (1888-1909) et Joseph VI Mariétan (1914-1931) : le premier donna à la Communauté des années de paix et de régularité, le second lui imprima un nouvel essor par la prise en charge de nouveaux instituts d instruction, la participation à l œuvre des Missions et un renouveau liturgique.. Dom Adrien Gréa (1828-1917), le restaurateur des Chanoines Réguliers en France et le fondateur de la Congrégation canoniale de l Immaculée-Conception, honorait de son estime et de son amitié l Abbaye de Saint-Maurice et songea même à s y retirer.. La promulgation en 1917 du Code de Droit Canon entraînait pour les Ordres religieux la revision de leurs Constitutions.. Cette revision se fit, pour Saint-Maurice, en 1932, mais les circonstances ne permirent pas de les présenter à une discussion authentique de la communauté.. Les Constitutions de 1820 et de 1870 faisaient mention de la Congrégation de Latran, en raison du pacte de confraternité conclu en 1716 et confirmé en 1735.. Cette mention fut supprimée dans les Constitutions de 1932.. On remarquera aussi que dans tous les documents émanant d elle, l Abbaye de Saint-Maurice se présente comme.. Abbatia Sancti Mauritii Agaunensis.. , sans recourir à l expression.. Congregatio.. Toutefois, dès la fin du XIXe siècle, apparaît dans le style de la Curie la formule.. Congregatio Helvetica a S.. Mauritio Agaunen.. , pour désigner l ensemble des Chanoines Réguliers de Saint-Maurice, qu ils soient à l Abbaye même ou dans ses dépendances : paroisses, collèges, missions.. Ainsi les deux formules.. Abbatia.. et.. ont-elles leur sens propre, l.. Abbaye.. étant surtout le monastère d Agaune avec son territoire.. nullius dioecesis.. et son histoire une fois et demie millénaire, la.. Congrégation.. embrassant plutôt l ensemble des membres — personnes et institutions — dans leur complexité présente.. Comme dans toutes les familles religieuses, à la suite du Concile Vatican Il et dans la perspective d un nouveau Code de Droit Canon, de nouvelles Constitutions sont actuellement à l étude : elles devront déterminer, mieux que par le passé, les divers pouvoirs et devoirs de l Abbé et des officiers, les relations entre l Abbaye elle-même et ses dépendances — paroisses, collèges, missions —, le rôle du Conseil de l Abbé, du Chapitre de l Abbaye proprement dite et du Chapitre général de toute la Congrégation ; c est dans l équilibre de tous ces éléments que la vie religieuse d aujourd hui trouvera le cadre et le mode nécessaires à son épanouissement.. Lors de la création de la Confédération des Chanoines Réguliers de saint Augustin par Lettres apostoliques de Jean XXIII, le 4 mai 1959, l Abbaye de Saint-Maurice fut l une de ses composantes, sous le titre de Congrégation helvétique de Saint-Maurice ; avec les Congrégations de Latran, d Autriche et du Grand-Saint-Bernard, elle est l une des quatre Congrégations fondatrices de la nouvelle Fédération.. En même temps, le Pape Jean XXIII désignait Mgr Louis Séverin Haller, Abbé de Saint-Maurice et Evêque de Bethléem, comme premier Abbé Primat de la Confédération canoniale pour une durée de six ans.. En 1965, le Saint-Siège prolongea ce mandat jusqu à l approbation des Statuts de la Fédération, dont l achèvement avait été renvoyé après la conclusion du Concile Vatican II (1962-1965).. Ces Statuts ayant reçu l approbation du Saint-Siège le 19 mars 1968, pour une période d expérimentation de sept ans, Mgr Haller put transmettre la charge primatiale à un successeur.. Celui-ci fut élu, conformément aux nouveaux Statuts, par le Conseil Primatial réuni à Saint-Maurice le 9 décembre 1968, en la personne de Mgr Gebhard Ferdinand Koberger, Prévôt de Klostemeuburg et Abbé général de la Congrégation autrichienne, qui devint ainsi le deuxième Abbé Primat de la Confédération canoniale.. Celle-ci compte aujourd hui six Congrégations.. Outre les quatre premières, en effet, la Congrégation de Windesheim et la Congrégation de l Immaculée-Conception lui ont été agrégées en 1961.. La Congrégation de Windesheim, fondée à la fin du XIVe siècle, connut dans les Pays-Bas et en Allemagne un très grand développement, mais les agitations politiques du XVIIIe siècle lui portèrent un coup fatal et elle disparut au XIXe.. Restaurée par la Confédération canoniale, la nouvelle Congrégation a ajouté en 1972 au nom de Windesheim celui de Saint-Victor en mémoire de l illustre Congrégation française née au début de XIIe siècle autour de l Abbaye parisienne de Saint-Victor et qui eut elle aussi un rayonnement très étendu ; mais elle fut supprimée à la fin du XVIIIe siècle par la Révolution.. L Abbé Primat a confié la mission de s inspirer de son esprit à un groupe de Chanoines Réguliers venus de l Abbaye de Saint-Maurice et établis dans l ancien prieuré de Saint-Pierre à Champagne-sur-Rhône (Ardèche).. Réunissant ainsi les souvenirs des deux anciennes Congrégations, la jeune Congrégation de Windesheim et Saint-Victor se propose de faire revivre leur double tradition qui occupa une grande place dans l histoire de l Ordre canonial.. Quant aux Chanoines Réguliers de l Immaculée-Conception, ils doivent leur origine à Dom Adrien Gréa et tendent à réaliser ses enseignements et ses espoirs en les conformant aux conditions actuelles, car l originalité de l Ordre canonial et ses formes de vie paraissent parfaitement adaptées au ministère sacerdotal dans le monde d aujourd hui.. C est pour assurer la mémoire de saint Maurice et de ses Compagnons que le monastère d Agaune fut fondé, et c est pour mieux remplir cette mission que ledit monastère s est placé dans la lignée spirituelle de saint Augustin en adoptant ses directives et en suivant son exemple.. Ainsi la vocation de l Abbaye de Saint-Maurice est d unir ces deux traditions, l une venant des Martyrs qui ont fécondé sa terre, l autre venant du Docteur d Hippone qui lui fournit la forme de sa vie.. Un conflit d avouerie au XIIe siècle, Commugny et l Abbaye de Saint-Maurice.. Revue d histoire suisse.. Bonnard, Pierre-Fourier :.. Histoire de l Abbaye royale et de l Ordre des Chanoines réguliers de Saint-Victor de Paris.. , 2 vol.. , Paris, 1904-1908 ; —.. Lettres choisies de saint Pierre Fourier.. , Paris, 1918.. Bruchet, Max :.. Le Château de Ripaille.. , Paris, 1907.. de Courten, Sigismond, et Dupont Lachenal, Léon :.. Saint-Maurice et Einsiedeln.. , 1933 et 1934.. Duc, Etienne-Pierre :.. La Maison du Grand-Saint-Bernard et ses Très Révérends Prévôts.. , Aoste, 1898.. Les Abbés de Saint-Maurice d Agaune.. , 1932 et 1944 ; —.. Dom Adrien Gréa et l Abbaye de Saint-Maurice.. ibid.. , 1936 ; —.. Les Prieurs de l Abbaye de Saint-Maurice, iîhid.. , 1940 et 1944 ; —.. A Saint-Maurice au XIIle siècle : l abbé Nantelme (1223-1258), ibid.. , 1956 ; —.. Confraternités canoniales, ibi.. d.. , 1959 ; —.. Martigny, de la capitale romaine à la cité moderne.. Trésors de mon Pays.. , 107, Neuchâtel, 1963 ; —.. Quelques notes sur d anciens établissements bénédictins en Valais.. , nouvelle série, XI, Genève, 1963 ; —.. Jean-Jodoc de Quartéry (1608-1669), chanoine de Sion et abbé de Saint-Maurice.. Vallesia,.. XXVI, Sion, 1971.. Fank, Pius, en collaboration :.. Canonicorum Regularium Sodalitates,.. Vorau (Autriche), 1954.. Féret, P.. L Abbaye de Sainte-Geneviève et la Congrégation de France.. , Paris, 1883.. Giroud, Charles :.. L Ordre des Chanoines Réguliers de Saint-Augustin et ses diverses formes de régime interne.. , Martigny, 1961.. Gonthier, Jean-François :.. Liste des Abbés des monastères de Chanoines Réguliers de Saint-Augustin du Diocèse de Genève.. Œuvres historiques.. , III, Thonon, 1903.. Lecoy de La Marche, Albert :.. Notice sur Ripaille.. , Chambéry, 1863.. Mercier, Jean :.. L Abbaye et la vallée d Abondance.. Mémoires et Documents publiés par l Académie Salésienne.. , VIII, Annecy, 1885.. Monumenta Historiae Patriae, Cartarum.. II, Turin, 1853, col.. 367-368 (traité de 1156 entre Saint-Maurice et les Abbayes de Savoie).. Müller, E.. Quatre chartes inédites concernant le prieuré de Saint-Maurice de Senlis.. (1263-1265),.. dans Mémoires de la Commission archéologique de Senli.. s, 1891-1892.. Les édifices sacrés de l Abbaye de Saint-Maurice selon un témoignage autorisé de 1721.. , XXXVII, 1962.. Piccard, Louis-Etienne :.. L Abbaye d Entremont.. Mémoires et Documents publiés par l Académie chablaisienne.. , IX, Thonon, 1895 ; —.. L Abbaye d Abondance et la vallée du même nom, ibid.. , XIX et XX, 1905 et 1906.. Quaglia, Lucien :.. La Maison du Grand-Saint-Bernard des origines aux temps actuels.. , Martigny, 1972.. Rannaud, Marie :.. Histoire de Sixt, abbaye, paroisse, commune.. (1135-1914).. , Annecy, 1916.. Rogie, J.. Histoire du Bienheureux Pierre Fourier.. , 3 vol.. , Verdun, 1887-1888.. Revaz, Georges :.. Les Chanoines Réguliers de Saint-Augustin réunis en Confédération.. , 1959.. Saint-Jean, Robert :.. Champagne-sur-Rhône.. , La Pierre-qui-vire, 1970.. Vallesi.. a, IX, Sion, 1954.. Vernet, Félix :.. Dom Gréa (1828-1917).. , Paris, 1938..

    Original link path: /pages/historique.html
    Open archive

  • Title: Fondation des Archives Historiques de l'Abbaye de St-Maurice (Suisse)
    Descriptive info: Tableau d honneur.. (état novembre 2007).. La Fondation des archives historiques.. de l Abbaye de Saint-Maurice remercie.. Dès Fr.. OFFICE FÉDÉRAL DE LA PROTECTION CIVILE, SECTION DE LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS.. ÉTAT DU VALAIS.. De Fr.. 50 000.. - à 100 000.. COMMUNE D OLLON.. CIBA SC - CIMO - SYNGENTA - HUNTSMAN.. COMMUNE DE BAGNES.. ERNST GÖHNER STIFTUNG.. FONDATION MARCEL REGAMEY.. FONDATION UBS POUR LA CULTURE.. 25 000.. - à 50 000.. POUR-CENT CULTUREL MIGROS.. THORENS Justin et Colette.. COMMUNE DE SAINT-MAURICE.. LA MOBILIÈRE ASSURANCES PRÉVOYANCE.. SOCIÉTÉ D HISTOIRE DE LA SUISSE ROMANDE.. 5 000.. - à 25 000.. COMMUNE DE SALVAN.. COMMUNE DE VERNAYAZ.. COMMUNE DE MASSONGEX.. FONDATION PAUL ET M.. BLONDIN.. COMMUNE D EVIONNAZ.. COMMUNE DE MONTHEY.. COMMUNE DE SAILLON.. COMMUNE DE SAXON.. COMMUNE DE FINHAUT.. LOMBARD ODIER DARIER HENTSCH CIE.. FONDATION PR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL, HISTORIQUE ET ARTISANAL.. COMMUNE DE LAVEY-MORCLES.. COMMUNE DE COLLOMBEY-MURAZ.. FAMILLE LONFAT Raymond.. COMMUNE DE RIDDES.. COMMUNE DE TROISTORRENTS.. COMMUNE DE VEROSSAZ.. COMMUNE DE VETROZ.. COMMUNE DE VIONNAZ.. COMMUNE DE DORENAZ.. SALINA AMORINI Elisabeth.. BANQUE CANTONALE DU VALAIS.. COMMUNE DE LIDDES.. OTTO GAMMA FONDATION.. BOURGEOISIE DE BERN.. HENRY Pierre.. COMMUNE D AIGLE.. FONDATION CENTRE PATRONAL PAUDEX.. COMMUNE DE COLLONGES.. VANNOTTI Françoise.. REY-BELLET Jean.. UNIVERSITE DE FRIBOURG.. SOCIETE SUISSE DES EXPLOSIFS.. AMAC ASSET MANAGEMENT CONSULTING - Pierre.. E.. Delaloye.. COMMUNE DE NENDAZ.. GIANADDA Léonard.. MAISON HOSPITALIERE DU GD-ST-BERNARD.. COMMUNE D ORSIERES.. DARIER, HENTSCH CIE.. BOURGEOISIE DE SION.. SUCCESSION MOREND Stéphane.. NOBLE BOURGEOISIE DE ST-MAURICE.. COMMUNE DE VAL-D ILLIEZ.. FEDERATION INTERNATIONALE DE FOOTBALL.. FIDUCIAIRE FIDAG.. BANQUE Julius Bär Co AG.. 3 000.. - à 5 000.. COMMUNE DE FULLY.. WINTERTHUR ASSURANCES.. KALBERMATTER Philipp.. MATURISTES CLASSIQUES 1951 - Arlettaz Amédée.. COMMUNE DE LEYSIN.. HOECHLI-MEYENBERG Adolf.. COMMUNE DE LULLY.. COMMUNE DE CHAMOSON.. COMMUNE DE CHAMPERY.. COMMUNE D HEREMENCE.. COMMUNE DE LEYTRON.. TOMASI Marie-Françoise.. SIGMA INGENIERIE ET MAINTENANCE SA.. COUTAZ SA.. COMMUNE DE VOLLEGES.. COMMUNE DE VOUVRY.. 1 000.. - à 3 000.. COMMUNE DE BEX.. BECCI Remo.. COMMUNE DE LUTRY.. CLEUSIX Jean.. CONSTANTIN Christian.. GROUPE MUTUEL.. COMMUNE DE MEX.. ROTARY CLUB MONTHEY.. FEDERATION DES BANQUES RAIFFEISEN VS ROMAND M.. Gratien Thétaz.. COUCHEPIN Jean-Jules.. COMMUNE DE MARTIGNY-COMBE.. COMMUNE DE TRIENT.. PIECE Robert.. DOUGOUD Maurice.. RUEGGER Jean-Philippe.. DIRAC Henri - Entreprise de Menuiserie.. ORACLE Software (Schweiz) GmbH - Joachim Asbrede.. ADMINISTRATION FEDERALE DES FINANCES.. VON ERLACH Thüring.. SCHWENGELER Hans.. BUCHBINDEREI ROLF BOMMER.. INSTITUT FRIBOURGEOIS D HERALDIQUE  ...   DES FORCES MOTRICES DE L AVANCON SA.. CERCLE VAUDOIS DE GENEALOGIE.. NAGRAVISION SA.. EMBIRICOS Georges-A.. MIAUTON Philippe.. COUTAZ Gilbert.. BUSSIEN René.. COMITE DES COUTERANS.. ANDRIST Jacques.. DUMOULIN Christophe.. FARQUET Roland.. MASSON André.. CROZZOLI Anouk.. PELLAUD René.. COLOMBARA SA.. DONNET Jean-Paul.. ZUFFEREY Jean-Pierre.. LANDRY-VERNAY Maurice.. REVAZ Frédéric.. HESS SECURITE - M.. HESS Henry.. de COCATRIX KECHAVARZ Isabelle.. PROGIN Patrick.. STUDER Jean-Marc.. BESSE Jean-Marc.. OXIA SA.. REVAZ-DISCHINGER Alexandre et Bernadette.. OGGIER Maurice.. HERBILLON Philippe-Jean.. ANONYME.. ANDRE Charles.. WESTPHAL F.. POMETTA Daniel.. PELERINAGES BIBLIQUES PBR.. PONT Jacques.. MATURISTES 1949 - COQUOZ Raymond.. UNIVERSITE POPULAIRE MONTHEY.. GILLIOZ Françoise.. COUVENT DES SŒURS HOSPITALIERES.. WASEM René-Marcel.. COUVENT STE-URSULE.. MICHELLET Paul.. PUTALLAZ Xavier.. JORDAN Léon.. ESQUIVE Patrice.. ASSOCIATION DU MANDEMENT DE BEX.. STE D ETUDIANTS VIEILLE LEMANIA.. THEODOLOZ Francis.. RODUIT Stéphane.. AMICALE DES ANCIENS CONSEILLERS COMMUNAUX DE ST-MAURICE.. CARNAT Raphaël.. ASSOCIATION HISTOIRE ET INFORMATIQUE.. CASUTT Maurus.. PIGUET Martine.. BONGI Michel et Odile.. VUILLEUMIER Christophe.. GAGNEBIN Nicolas.. HOFSTETTER Franz.. SIMONET Jean.. DE TRIBOLET Maurice.. SCHILLIGER-MEIER Agnès.. JOLIDON Pierre.. MARTIN-FLATIN Jean-Philippe.. SAUTHIER Gérard et Ruth.. BETTOSINI Livio.. ROCHAT Anne Antoine.. GAILLARD-DAULTE Jean-Philippe et Claudine.. FAVRE Olivier.. DESARZENS Philippe.. COMMUNE DE NOVILLE.. FIAUX André.. COMMUNE DE SULLENS.. MARGOT François.. ROCH Claude.. SCHUMACHER Ernst.. BENDER Léonce.. BRUCHEZ Erik.. COUCHEPIN Pascal.. SNEIDERS Nico et Andrée.. RUEDIN Louis.. GASPOZ Elisabeth.. LEHNER TONOSSI SA.. HERITIER Colette.. VON ROTEN Henri.. JOLLIEN Bernard.. RODUIT Olivier.. STEBLER Willy.. FONDATION DU PATRIMOINE CHAMPEROLAIN.. HIROZ Francis.. BESSARD Thierry.. BAUMGARTNER Frantz.. INGENIEURS ARCHITECTES DE MILAN.. TORRENTE Jean-Marie.. BRESSOUD Benoît.. ARAG.. GREDER-FOURNIER Chantal.. NOSER HANS Beat und Marianne.. ARNOLD Janine.. ALTHERMATH Pierre.. FONTANET Robert-Pascal.. BENDER Ariane.. RUEDIN Jeanne-Hélène.. VALLAT Gabriel.. STE NEUCHATELOISE DE GENEALOGIE.. NICOD Louis.. JACCARD Marc.. MAYE Daniel.. GAILLARD-DELEZE Vincent et Maryse.. NIGRO Pascal.. CRETTENAND Georges.. MICHELLOD Georges.. DELY Olivier.. SCHWERY Freddy.. ZIMMERMANN Ruth Astrid.. REICHENBACH Pierre.. SCHNORHK Roland.. DAYER Grégoire.. MAYORAZ Robert.. TERRIER Paul.. SCHNYDRIG Armand.. PROGIN Thomas et Céline.. PFERSICH Charles.. DREYER Marc.. LUISIER Jules.. TROILLET Nicolas.. RICHON Jean-Luc.. COMTE Jean-Louis.. VALLAT Pierre et LANG Martine.. NIEDERHAUSER Raynald.. ANONYME (JEANNERET-ZAHND Fernand).. KRAYENBUHL-MUNDLER Anne-Marie.. PAHUD Jean-Pierre.. GAY-DES-COMBES Joël.. DARBELLAY Laurent.. SAUDAN Nicolas-Amédée.. GUEX Sylvain.. ANCIENS CHEFS DE SERVICE DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE.. MUELLER-LIETHA Martin.. BERRUT Jean-Paul.. CHRIST Thierry.. LEHNER & TONOSSI SA.. WALKER Bernhard.. ROUILLER Bernard.. Famille Pascal BUCLIN.. FIDAG, Martigny, MM.. André Devanthéry et Joël Sarrasin.. M.. Jean-Claude GENOUD, Musée historique de Lausanne.. Pascal EMERY, Calligraphy SA, Sierre.. Pierre NEIDHART, Kodak.. Roland JACQUERIOZ, Alro Engineering SA.. Œuvre St-Augustin..

    Original link path: /pages/tableau.html
    Open archive


  • Archived pages: 654