www.archive-ch-2013.com » CH » 1 » 1602

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 860 . Archive date: 2013-05.

  • Title: Compagnie de 1602
    Descriptive info: .. ACCUEIL.. Plan de situation.. Plan du site.. Histoire.. Commémorations.. Hommage aux victimes.. Qui sont les victimes.. Et nos héros.. Les personnages.. Théodore de Bèze.. La Mère Royaume.. La Dame Piaget.. Isaac Mercier.. Le pétardier.. Tabazan.. La Compagnie.. L'Escalade.. Genève - Savoie - paix.. L'épopée de Genève.. La nuit de l'Escalade.. Les faits historiques.. L'escalade de paix.. Médias.. Photographies.. Musiques.. Groupes musicaux.. Fifres tambours.. Trompettes.. Tambours.. Fifres.. Cé qu'è lainô.. Vidéos.. Passage des musiques.. Léman Bleu - 25.. 11.. 08.. Léman Bleu - 11.. 12.. 09.. Marmite en chocolat.. TSR - 14.. 07.. Informations.. Prochains événements.. Programmes.. Membres.. Assemblée générale.. Prochain banquet.. Les bulletins.. Statuts.. La montre de 1602.. Arsenal.. Organisation.. Groupes costumés.. L'ordre du cortège.. Les commissions.. Votre comité.. Publications.. Reprises du bulletin.. Articles de presse.. Vos chroniques.. Taille.. Devenez membre.. Contactez-nous.. Don du Sang.. Accueil.. BATTERIE DE TAMBOURS DE LA COMPAGNIE DE 1602.. MUSIQUE OFFICIELLE DE LA SOCIETE DEPUIS 1935.. Si vous êtes  ...   713.. AU TOTAL :.. 277529.. Visitors Counter 1.. 6.. Menu principal.. Ressources.. Vos suggestions.. Genève Tourisme.. La Loterie Romande.. Vous êtes sur le site officiel de la Compagnie de 1602,.. société historique genevoise.. dont le but principal est de commémorer chaque année l'anniversaire de l'Escalade, qui a eu lieu dans la nuit du 11 au 12 décembre de l'an 1602.. Lors de nos manifestations costumées, retrouvez les principaux personnages qui ont écrit l'histoire de notre belle cité, par leur bravoure ou simplement leurs actions !.. Nous vous donnons rendez-vous les 13, 14 et 15 décembre 2013 pour le 411.. ème.. anniversaire de l'Escalade.. Qui sommes-nous ?.. La Compagnie de 1602 et l'Escalade par Signé Genève.. Quizzes publiques.. les 7 questions.. JavaScript est désactivé!.. Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.. Adobe Flash Player non installé ou plus vieux que 9.. 0.. 115!.. 2009 - 2011 Compagnie de 1602.. All Rights Reserved..

    Original link path: /
    Open archive

  • Title: Plan de situation
    Descriptive info: LA COMPAGNIE DE 1602 VOUS INFORME.. Les dates importantes telles que les rendez-vous des groupes costumés ou les séances de travail de la Compagnie sont disponibles.. Retrouvez en tout temps la liste des événements de notre société en suivant le menu.. INFORMATIONS.. Informez-vous.. Nous avons  ...   Articles populaires.. Pdf.. Programme des manifestations.. La Compagnie de 1602 et l'Escalade.. Historique.. L'Escalade en trois temps.. Articles archivés.. Décembre, 2009.. Novembre, 2009.. Octobre, 2009.. Juin, 2009.. Août, 2008.. Agence de communication.. La Souris Verte.. Principaux lieux de nos activités (plan de situation) -.. 1602.. ch..

    Original link path: /index.php?option=com_svmap&view=svmap&Itemid=125&lang=fr
    Open archive

  • Title: Plan du site
    Descriptive info: Plan du site.. Fifres & tambours.. Genève Tourisme.. La Loterie Romande.. Menu contact..

    Original link path: /index.php?option=com_joomap&Itemid=126&lang=fr
    Open archive

  • Title: Historique
    Descriptive info: Historique.. Vous retrouverez sur ces pages, une large gamme d'informations utiles à vos recherches personnelles et/ou scolaires.. En effet, notre association souhaite s'investir dans la diffusion de la connaissance au sujet de nos commémorations, ainsi que de la Compagnie de 1602.. La partie ".. HISTORIQUE.. " vous fournira, nous l'espérons, toutes les réponses aux questions que vous pourriez vous poser au sujet de notre association, de nos manifestations ou de l'histoire de l'Escalade..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=60&Itemid=56&lang=fr
    Open archive

  • Title: La Compagnie de 1602 et l'Escalade
    Descriptive info: La Compagnie de 1602 et l'Escalade.. L'organisation annuelle de l'une des.. plus belles fêtes historiques d'Europe.. , n’est au bénéfice d'aucune subvention de la Ville ou de l'Etat de Genève; elle est entièrement basée sur le bénévolat des membres de la Compagnie de 1602.. Institution chère au cœur des Genevois et réputée largement au-delà des frontières suisses, la Compagnie de 1602, fondée en mars 1926.. pour perpétuer la commémoration de l'Escalade.. , constitue aujourd'hui la plus grande société historique de notre pays.. Avec plus de 2'500 membres, elle regroupe des citoyens genevois et confédérés, de même que des étrangers au titre de membres sympathisants, hommes, femmes, enfants de tous âges, sans distinction d’appartenance religieuse, ni politique.. L'ensemble des activités - publications, fabrication et entretien des costumes, armes et accessoires - est autofinancé par des cotisations, des dons et la vente de produits spécifiques au moment de l'Escalade.. La totalité des effets et du matériel appartient à la société et est gérée dans son arsenal par des équipes de bénévoles tout au long de l'année.. Chaque année au cours du week-end de l'Escalade (la date la plus proche du 12 décembre), grâce à l'engagement et aux prestations de la Compagnie de 1602 et de ses mille bénévoles, les Genevois  ...   La commémoration, qui se veut solennelle et historique, se déroule autour de trois temps forts qu'aucun spectateur ne voudrait manquer.. :.. un hommage aux victimes de la tragique nuit de décembre, soit un défilé réunissant un important contingent costumé et des représentants de l'ensemble des autorités politiques, judiciaires et ecclésiastiques genevoises;.. des animations importantes et des plus diverses sur tout le périmètre de la Vieille-Ville de Genève (marchés, tirs, duels, cavalcades, musiques, etc) et visite de lieux historiques ouverts uniquement à cette occasion;.. le cortège historique de la Proclamation; qui réunit l'ensemble de l'effectif costumé et équipé, sur un parcours traversant toute la partie ancienne de la ville et s'achevant autour d'un feu de joie sur le parvis de la cathédrale Saint-Pierre.. Souvent qualifiée -à tort- de fête nationale genevoise, la commémoration de l'Escalade connaît année après année un engouement populaire qui ne se dément pas.. Dans un cadre somptueux, plus de 80'000 spectateurs se déplacent malgré les frimas hivernaux pour admirer cette reconstitution historique, véritable fresque magique pour petits et grands.. Vous aussi, participez à la plus importante reconstitution historique d'Europe.. La Compagnie de 1602 vous invite à revivre avec ses membres l'ambiance unique de ces hauts faits qui font partie du patrimoine de la Genève d'aujourd'hui..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=69&Itemid=72&lang=fr
    Open archive

  • Title: Hommage aux victimes
    Descriptive info: Hommage aux victimes.. Chaque année, en début de commémoration, La Compagnie de 1602 rend hommage aux victimes de l'Escalade.. Cette cérémonie se déroule le vendredi précédent le Week-End de l'Escalade, au temple de Saint Gervais..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=71&Itemid=112&lang=fr
    Open archive

  • Title: Nos victimes
    Descriptive info: Nos victimes.. Lors de la nuit du 12 décembre de 1602, au coeur de la bataille que livra Genève pour sa liberté, bien des citoyens sont devenus, de par leur courage et au prix de leur vie, sont devenus de véritables héros.. Entrés dans l'histoire, ces personnages célèbres représentent encore aujourd'hui des figures emblématiques de notre passé, ceux que Genève n'oubliera jamais.. Une tradition solide subsiste : celle d'écouter debout les dix huit noms des hommes qui sont tombés en défendant Genève lors de la nuit de l'Escalade.. Qui donc étaient ces 18 victimes ?.. Jean Canal.. D'une famille Canal, dite Canard, venue de Collonges-sous-Salève, Jean Canal était petit-fils, par sa mère, de l'ancien syndic Jean Balard, qui nous a laissé un journal bien fait des événements qui ont précédé et suivi la Réformation à Genève.. Pénétrons dans la boutique de Jean Canal.. Des épices, des drogues, du papier aussi.. Beaucoup de clients, les affaires marchent bien, mais le patron n'est pas souvent derrière son comptoir.. Il siège au Conseil des deux Cents et au Petit-Conseil, il est contrôleur des bâtiments.. On le dit âpre au gain, il avait aussi le verbe haut.. Le bourreau Tabazan en fit la triste expérience, lorsque Canal s'opposa avec vigueur à une amélioration de sa situation.. Mais vous savez ce qui se passe lorsqu'un commerçant remet à d'autres le soin de faire marcher son affaire.. Bientôt Jean Canal s'enfonça dans les dettes.. Nommé juge du Pays de Gex, il commit quelques excès et fut sévèrement réprimandé.. Il ne parvenait pas à redresser sa situation.. A tel point qu'il fut emprisonné.. C'est tout juste s'il obtint l'autorisation d'aller, escorté de deux huissiers, rendre visite à sa femme malade.. La fougue de son caractère s'exerça une dernière fois la nuit du 11 au 12 décembre.. A 60 ans (d'autres disent 63 ans), il fut l'un des premiers à tomber sous les coups de l'ennemi, près de la Porte Neuve.. Jean Vandel.. Né en 1542, d'une famille venue de Septmoncel, dans le Jura, Jean Vandel était chargé de percevoir les dîmes en ville, à Annemasse et à Vandoeuvres.. Ces dîmes étaient prélevées sur les récoltes, principalement sur le grain.. Mais en ces années de guerre, c'était difficile, et Jean avait de la peine à rendre ses comptes.. A tel point qu'il fut mis aux arrêts en 1575.. Il venait d'épouser, lorsqu'il fut "coffré", Jeanne Voisine, fille d'un membre du CC.. Elle lui avait apporté en dot quelques biens : une terre à Corsier, une vigne près de Saint-Antoine.. Et elle lui donna 12 enfants.. Jean Vandel était affligé d'un détestable caractère.. Brutal, emporté, il fut puni pour outrages de faits et de paroles, puis mis en prison pour s'être querellé un dimanche avec un Provençal avec qui il jouait à la bague.. On l'accusa aussi d'avoir frappé un paysan de Chalex d'un coup de hallebarde alors qu'il était capitaine des gardes de Cornavin.. En 1589, il flanque une paire de gifles à l'auditeur Abraham Aubert.. Retour en prison, parce qu'il refuse de s'excuser.. Et malgré tout cela, on le nomma.. directeur de la prison.. Les prisonniers se plaignirent, car il les brutalisait et les nourrissait trop mal.. Vandel fut mis à l'amende et ne fut pas renommé à ce poste.. Ce qui ne l'empêcha pas de faire bravement son devoir à l'Escalade.. Et d'offrir lui aussi sa vie, à l'âge de 61 ans.. Louis Bandière.. Cet ancien bourgeois de Genève était principalement marchand d'étoffes, occasionnellement de fromage.. II possédait une boutique à l'enseigne du Mouton, à Coutance.. Et il participait activement à la direction de la Ville, en siégeant.. Il épousa Madeleine Maillet, fille d'un conseiller, procureur et receveur des deniers de l'Hôpital.. La situation financière du couple était assez mauvaise.. Il y eut une saisie de la maison et des meubles.. Il y eut même une sorte de bannissement : on le jugea indésirable dans la cité et il dut chercher un logement à l'extérieur.. Lorsqu'il voulait revenir en ville, il devait demander un sauf-conduit.. Louis Bandière, âgé de 45 ans, fut tué sous l'horloge de la Monnaie, à peu près où se trouve actuellement la fontaine de l'Escalade, au bas de la rue de la Cité.. Sa femme, la pauvre Madeleine, mit au monde une fille dix jours plus tard.. C'était leur cinquième enfant.. Nicolas Bogueret.. C'est peut-être le mieux connu des héros de l'Escalade.. Maçon-architecte, il s'établit à Genève vers 1568, et conquiert tout de suite une haute position.. Il est en tête des maçons, reçoit un salaire élevé, un logement gratuit et  ...   lorsque l'alarme fut donnée et défendit la maison que l'ennemi voulait traverser pour entrer en ville.. Il mourut là, âgé de 25 ans.. Jacques Mercier.. Le jeune Mercier dont la famille était venue de Saint-Claude, avait fait son apprentissage de passementier chez André Eschernier, au Grand-Mézel.. Après les quatre ans de formation, il demeura encore trois ans chez son maître comme compagnon.. Eschernier, lorsque Jacques s'établit à son compte à la Taconnerie, lui décerna un excellent certificat : pas une seule absence durant tout ce temps.. Le maître était "bien content et satisfait" de son élève.. Il faut dire qu'Eschernier était récemment devenu le beau-frère de Mercier, ayant épousé Jeanne, sa soeur aînée.. Quant à la femme de Jacques, c'était une bourgeoise, fille de marchand, Marie Marcet.. Elle lui avait donné quatre fils dont la descendance se retrouve jusqu'au XVIIIe siècle au Grand-Mézel.. Jacques Mercier, la nuit de l'Escalade, fut victime d'une incompréhensible distraction.. Sentinelle à la Corraterie, il semble n'avoir pas entendu approcher l'ennemi, malgré les pierres lancées dans sa direction par un compagnon, pour l'avertir.. II fut mortellement blessé et expira à l'aube chez son ancien maître au Grand-Mézel, où il avait été transporte.. Il n'avait que 30 ans.. Philippe Poteau.. Sucrier et maître-confiseur, issu d'une famille venue des Flandres, Philippe Poteau avait épousé Louise Nicod, fille d'armurier.. Ils avaient une fille.. Un fils devait naître après la mort du père.. L'enfant reçut gratuitement la bourgeoisie.. Philippe Poteau avait 35 ans lorsqu'il fut tué sous l'arcade de la Monnaie.. Martin Debolo.. Venu d'un petit village près de Cruseilles, Martin Debolo avait choisi le métier des armes et s'était établi à Genève, peut-être en conservant son métier d'imprimeur, pour s'occuper dans les trop rares périodes paisibles.. Mousquetaire dans la compagnie Vauclère, Martin Debolo fut promu sergent deux ans plus tard, et ne dépassa pas ce grade.. On ne le cite guère dans les combats, dont nous possédons pourtant des récits détaillés.. Il devait faire honnêtement son devoir, sans plus.. Il épousa Pernette Patry, veuve d'un notaire ducal de Lancy, Daniel Levrat.. Elle ne mit au monde qu'une fillette malingre qui ne survécut pas.. La pauvre Pernette devait être veuve une seconde fois la nuit de l'Escalade : Martin, âgé de 35 ans, fut tué près de la Porte Neuve.. Jacques Petit.. Il habitait une des pittoresques maisons "aguillées" sur le pont du Rhône et pratiquait le curieux métier de chalemardier.. C'est à-dire qu'il fabriquait des cors, cornettes, fifres, pipeaux et autres trompettes.. Jacques avait épousé Pernette Jarcelat, qui lui donna trois enfants.. Il avait servi dans les arquebusiers, compagnies de Boisjoli, d'Aubert et de Gal.. Agé de 41 ans, il tomba à la Corraterfie la nuit de l'Escalade.. François Bousezel.. De haute taille, ses amis l'appelaient le "Grand-François", il vivait du commerce.. Un commerce parfois audacieux qui lui valait quelques tapes sur les doigts.. Et de bons bénéfices.. François Bousezel avait commencé par vendre des draps de soie.. Puis il fit un peu de trafic avec du bétail.. Le Conseil le gronda.. Mais ce même Conseil sut aussi reconnaître qu'il était malin.. Et l'employa pour aller lever les impôts dans le Faucigny, ce dont il s'acquitta fort bien.. Si bien même qu'il put bientôt s'acheter quelques terres au pied des Voirons.. II épousa Marie Bioley, fille d'un maître barbier, qui lui apporta en dot la maison à l'enseigne de la Coquille au Bourg-de-Four (actuellement le numéro 21) et lui donna 6 enfants.. La fabrication du velours, qui se vendait bien, occupa alors le couple, qui vécut dans l'aisance.. Mousquetaire, François Bousezel répondit immédiatement à l'alarme de la nuit du 11 au 12 décembre et fut tué avant l'aube entre les murailles et les jardins, sous la Tertasse, lieu où le combat avait été le plus violent.. Girard Muzy.. Girard avait épousé la fille du guet, Jeanne Sylvestre, qui lui apporta en dot un coin de terre aux Arenières, en Plainpalais.. Juste avant son mariage, il avait été interdit de séjour en ville pour avoir "récidivé en paillardise".. Il était poursuivi par Françoise Olard, qui lui apportait jusque dans sa chambre de la viande, des pommes et autres choses.. Et à qui il avait -presque- promis le mariage.. Girard Muzy avait 25 ans lorsqu'il fut blessé lors des combats de l'Escalade.. Il mourut après deux semaines de souffrances.. Jacques Billon.. Jacques Billon est un peu notre "soldat inconnu".. Jusqu'à présent, on a retrouvé fort peu d'indications sur lui.. On sait qu'il venait de Neuchâtel, qu'il fut blessé à l'Escalade et mourut de ses blessures environ un an plus tard..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=49&Itemid=73&lang=fr
    Open archive

  • Title: Nos héros
    Descriptive info: Pour accéder à la totalité des informations de notre site internet, vous devez être membre de la Compagnie de 1602.. Vous pouvez vous enregistrer au moyen du lien "Créer un compte" citué ci-dessous.. Connexion.. Mot de passe oublié ?.. N° de membre oublié ?.. Créer un compte.. Cette action une fois validée vous permettra en mode "Connecté" de prendre connaissance des informations réservées (situées dans  ...   permettra de proposer un article ou un lien, ainsi que de gérer vos données personnelles.. Cette action vous inscrit automatiquement à la Newsletter.. Si vous êtes déjà inscrit(e) et que vous avez oublié votre mote de passe ou votre numéro de membre, utilisez les liens ad-hoc pour autant que vous ayez par le passé déjà effectué un enregistrement.. Nos héros.. Mère Royaume.. Dame Piaget.. En préparation..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=135&Itemid=174&lang=fr
    Open archive

  • Title: Personnages
    Descriptive info: Personnages.. Dans cette rubrique, retrouvez les différents personnages qui ont fait l'histoire de la nuit de l'Escalade..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=96&Itemid=99&lang=fr
    Open archive

  • Title: Théodore de Bèze
    Descriptive info: Théodore de Bèze.. Bourguignon, né à Vézelay le 13 octobre 1519, issu d’une famille noble et considérée, le futur réformateur est envoyé par les siens à Orléans où on le confie au plus illustre des pédagogues, l’Allemand pétri d’humanisme Melchior Wollmar.. Tout jeune, doux poète, l’étudiant possède déjà des bénéfices ecclésiastiques dont l’un lui vient de son oncle, l’abbé de Froidmont.. Séduit par un le fort parfum du luthérianisme naissant, Théodore ne donne qu’une prudente adhésion à la nouvelle doctrine.. Il aime l’argent et la vie facile.. Réformé et Protestant avec un grand R et un grand P, l’homme entend garder, malgré tout, prieurés et canonicats, sans parler d’autres bénéfices tout aussi éminemment papistiques.. Pour ne point perdre ses bénéfices, le jeune docteur renonce alors à épouser sa douce et tendre compagne, Claude Denosse, qui lui donnera quand même quarante ans de tranquille bonheur.. Or, en ce temps-là, tout crépite sous le ciel de France, les bûchers et les gibets ploient et puent et les échafauds ruissellent de sang.. Voilà une vision qui marquera de Bèze pour longtemps.. Elle l’émouvra, le poursuivra et le torturera toute sa vie.. A Bourges, il rencontrera Calvin.. A ce moment, le jeune savant renonce à ses biens d’église.. En 1548, Théodore de Bèze est devenu un théologien fougueux et sage tout à la fois, pénétré de la doctrine exposée par Calvin, Bèze arrive dans la cité.. Il n’y restera pas longtemps, car Maître Jean l’envoie d’urgence à l’Académie de Lausanne, où il y restera dix ans à enseigner le grec.. Le professeur de théologie est rappelé à Genève, puis le 21 avril 1561, il est nommé premier recteur de l’Académie genevoise.. Connu pour sa sagesse, à la demande des princes protestants de France, il part soutenir la cause réformée au Colloque de Poissy.. Il sera secondé de trois autres Français de Genève, Gallars, Marlorat et Merlin.. Un an après, il prend part, dans les rangs de ses coreligionnaires, à la bataille de Dreux.. La bataille d’Amboise signée, de Bèze rentre à Genève en mai 1563 et y organise notamment l’enseignement juridique.. Il traduit la Bible, écrit, publie, dirige l’édition des Chroniques de la Réforme.. Sa Vie de Calvin est célèbre.. Son œuvre comprend plus de quatre-vingts traité et ouvrages divers.. Calvin mort, c’est vers lui que montent les vœux des Genevois.. Aujourd’hui encore, de Bèze  ...   1586, à Montbéliard, il tenta, sans succès, de concilier et de mettre en harmonie les doctrines calvinistes et luthériennes.. A son retour, il assiste à la fermeture de presque toutes les chaires de l’Académie.. La guerre est aux portes, l’ennemi barre les routes, les étudiants sont houspillés, spoliés.. Ils n’osent plus s’aventurer sur les chemins menant à Genève.. Grâce à lui, l’Académie, presque exsangue, vit tout de même, car il y professe toujours la théologie et sauve ainsi la branche principale.. Confiant dans l’avenir, les temps meilleurs vont poindre.. Il donne aux jeunes gens, qui se réunissent aux pieds de sa chaire, des conseils marqués de bon sens, comme ceux-ci :.. Ecoute beaucoup;.. Parle peu;.. Garde les secrets;.. Epargne les petits;.. Sois déférent envers tes supérieurs, et tolérant envers tes égaux.. Homme tolérant, il déplore dans son Histoire ecclésiastique, les excès des protestants qui, lors du siège de Grenoble, s’étaient laissé aller à des pillages, des cruautés, des incendies et autres excès non tolérable, même en temps de guerre.. Quand Henry de Navarre, devenu roi de France, vint en découdre sur les terres de Savoie, se souvenant de de Bèze, il le fit mander auprès de lui.. L’entrevue fut des plus cordiales.. Le vieux réformateur, le syndic Roset et les Genevois qui les accompagnent, sont en face d’un roi qui entend rester leur protecteur et leur ami.. Et c’est tout ragaillardi que les délégués de la République regagnent leur cité (novembre 1600).. Après le décès de sa compagne, il épousa religieusement l’objet de sa flamme, Catherine Del Pianno, enfant du refuge italien.. On a souvent raconté que Théodore de Bèze, que sa surdité avait empêché d’entendre ce qui ce passait pendant la nuit de l’escalade, il était âgé de 82 ans, quand on lui eut raconté l’affaire et qu’il eut vu les morts couchés à même le sol, le long de la Corraterie, s’écria : Montons à la maison de l’Eternel ! et entraîna le peuple après lui, dans la cathédrale, pour remercier Dieu.. Aucun récit contemporain ne mentionne ce fait.. N’oublions pas que le 12 décembre était un dimanche, et que les temples furent ouverts aux fidèles ce jour-là, comme de coutume.. En 1606, entouré des ses amis, de ses disciples, de son épouse et de l’affection de tous les Genevois, le grand de Bèze s’endort dans la paix du Seigneur..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=98&Itemid=119&lang=fr
    Open archive

  • Title: Mère Royaume
    Descriptive info: GROUPE DES PORTEURS DE TORCHES.. - ON RECRUTE !.. Vous souhaitez participer au cortège de L'Escalade.. ?.. Le groupe des Porteurs de Torches.. recherche de la relève.. Si vous êtes intéressés,.. envoyez simplement un e-mail à.. :.. torche1602@gmail.. Mère Royaume.. Née à Lyon entre 1540 et 1545, fille de Claude Cheynet, elle épouse d'abord un maître d'armes, Jehan Esmyon, puis, devenue veuve, épouse le 12 avril 1564 à Lyon, Pierre Royaume, fils de Mathieu Reaulme, un potier d'étain.. Les Royaume quittent Lyon et s'installent à Genève en septembre 1572.. Une fois exilé à Genève, Pierre devient graveur de monnaie et de ce fait, le couple réside près de la porte de la Monnaie.. Le 15 septembre, Pierre Royaume est admis comme habitant de Genève, trois semaines après le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572).. Les Royaume ont 14 enfants dont plusieurs meurent en bas-âge.. La légende veut que Dame Royaume faisait  ...   ce geste qui l'a rendue célèbre et qui a donné naissance, plusieurs centaines d'années après, à la tradition de la marmite en chocolat, garnie de légumes en massepain.. Il est évident que, si la Mère Royaume est l'une des seules femmes à être restée dans la légende de l'Escalade, elle ne fut pas la seule cette nuit-là à lancer depuis sa fenêtre des objets sur les assaillants savoyards.. Tables, chaises et autre meubles devaient en effet allègrement voler dans les rues de la ville.. Si le rôle qu'elle a joué est aujourd'hui contesté, il n'en reste pas moins qu'elle reste le symbole de la résistance et de l'héroïsme des Genevois durant la tragique nuit qui vit mourir 18 des leurs.. En jetant sa marmite sur la tête d'un assaillant, elle est entrée dans la légende en devenant l'héroïne populaire des Genevois, une figure de leur histoire et le symbole de leur patriotisme..

    Original link path: /index.php?option=com_content&view=article&id=73&Itemid=117&lang=fr
    Open archive


  • Archived pages: 860